/opinion/columnists
Navigation

Tous les prétextes sont bons

le chroniqueur de L'actualite, Jean-Francois Lisee, le journalis
Photo d'archives Martin Patriquin

Coup d'oeil sur cet article

Une chose est sûre. Si, au fil de ma carrière, on m’avait donné 10 $ pour chaque article que j’ai dû me taper dans les médias anglophones sur la présumée xénophobie atavique des Québécois, je serais déjà millionnaire.

Depuis la montée du nationalisme québécois moderne, il en pleut. Ici, au Canada anglais et à l’étranger. Même le ministre géniteur de la loi 101, le brillant Dr Camille Laurin, s’y faisait comparer à Joseph Goebbels, l’infâme ministre de la Propagande nazie sous Hitler.

Tout au long de la saga de l’accord du lac Meech, ce fut aussi un méga festival de Québécois bashing. Si le Québec était reconnu comme une « société distincte », lisait-on, il opprimerait ses minorités encore plus (sic).

Puis vint Mordecai Richler. Ses diatribes francophobes dégoulinaient jusque dans les pages du New Yorker. Et que dire de l’inoubliable Jan Wong, chroniqueuse populaire du très torontois Globe and Mail ? Après la tuerie au cégep Dawson, elle traçait un lien délirant entre un présumé « sentiment d’aliénation des non-francophones » et les fusillades de Polytechnique, Concordia et Dawson.

You name it

« Racistes », « xénophobes », « corrompus » – you name it. Comme des automates, dans plusieurs médias de langue anglaise, il s’en trouve depuis des années pour ânonner ces inepties. La raison ? Il y en a plusieurs. Inculture, préjugés, sentiment de supériorité morale et parfois même, eh oui, de la belle grosse francophobie qu’on n’ose jamais nommer.

Bref, tous les prétextes sont bons pour désinformer. C’est lourd. C’est long. Ça gosse les neurones jusqu’au trognon. Mais bon, tel est l’état des lieux encore aujourd’hui. Prenez le dernier exemple en date.

Le journaliste Martin Patriquin récidive. Sévissant déjà sur plusieurs plateformes, son dernier jet de vinaigre a giclé dans le prestigieux quotidien britannique The Guardian. Son titre : « How did Quebec’s nationalist movement become so white? » Ai-je besoin de traduire ?

Baver de rage ?

Sur le site de la CBC et au réseau CTV, Patriquin saute aussi sur la controverse entourant la pièce SLAV. Le milieu culturel québécois, lance-t-il, est d’une hypocrisie absolue en se portant à la défense de SLAV. Quant aux « commentateurs francophones », ajoute-t-il, ils en ont bavé de rage. Rien de moins.

Patriquin est aussi connu pour son « fameux » article du Maclean’s. En 2010, il couronnait le Québec du titre injurieux de « province la plus corrompue du Canada ». Il était pourtant question d’un gouvernement — celui de Jean Charest, un bon fédéraliste de droite.

Cela dit, tout comme Richler dans son temps, Patriquin n’est pas LE problème. Il n’est qu’une des nombreuses plumes mercenaires qui, depuis longtemps, se servent des tribunes anglophones les plus prestigieuses pour faire passer les Québécois pour des xénophobes et/ou des corrompus.

Le vrai problème est ailleurs. Ce sont ces mêmes médias qui, au contraire d’autres publications anglophones plus raisonnées, en redemandent toujours. Il faut croire que ça conforte leur propre vision déconnectée de la réalité québécoise.

** Sur ce, je prends une petite pause. Au plaisir de vous retrouver à la fin du mois.