/sports/hockey/canadien
Navigation

Rien pour ralentir Max Domi

Max Domi a rapidement constaté que les joueurs du Tricolore étaient épiés dans les moindres détails par les partisans et les médias.
Photo Joël Lemay Max Domi a rapidement constaté que les joueurs du Tricolore étaient épiés dans les moindres détails par les partisans et les médias.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Depuis la transaction qui l’a fait passer au Canadien de Montréal en retour d’Alex Galchenyuk, le 15 juin dernier, Max Domi a rapidement constaté que les joueurs du Tricolore étaient épiés dans les moindres détails par les partisans et les médias.

Il y a évidemment eu l’analyse de cet échange avec les Coyotes de l’Arizona, sous toutes ses formes. À travers les commentaires, certains ont résumé sèchement la transaction en indiquant que Galchenyuk avait été échangé contre un joueur ayant le diabète, d’autres ont parlé de Domi comme «une sorte de Brendan Gallagher version diabétique».

Domi tient à rassurer tout ce beau monde: sa condition n’affecte pas son rendement sur la patinoire.

«Je compose avec le diabète depuis l’âge de 12 ans, a-t-il précisé, plus tôt cette semaine, lors d’une entrevue accordée à l’Agence QMI. Je dois demeurer attentif pour voir comment mon corps réagit, mais avec le temps, j’ai appris à gérer ça pour toujours être au sommet de ma forme pendant un match.»

Domi, qui souffre de diabète de type 1, a un système qui ne produit aucune insuline. Ainsi, à l’entraînement ou pendant une partie, le nouvel attaquant du Canadien doit fréquemment sortir sa pompe à insuline ou procéder à des tests. C’est le cas entre les périodes, mais aussi parfois sur le banc des joueurs. Les caméras sauront sûrement montrer la scène aux amateurs de Montréal au cours de la prochaine campagne...

On pourrait même voir Domi avec un téléphone intelligent ou une tablette électronique sur le banc.

«Pourquoi pas? On ne sait jamais», a rigolé Domi, en marge de l’entrevue visant à sensibiliser les personnes atteintes par le diabète à pratiquer l’autogestion et à utiliser les outils à leur disposition comme l’application «Contour Diabetes».

Excité et motivé

Si Domi se donne pour mission d’inspirer les jeunes diabétiques à aller au bout de leurs rêves, le joueur de 23 ans compte bien, à titre personnel, donner un nouveau souffle à sa carrière dans l’uniforme du Canadien.

«Je m’entraîne dans la région de Toronto, cet été, au même endroit où je suis habitué depuis plusieurs années, a-t-il informé. Il n’y a malheureusement pas de joueurs du Canadien dans le coin, mais j’ai hâte de retrouver mes nouveaux coéquipiers au camp d’entraînement. Je pense que chaque joueur m’a appelé ou m’a texté pour me souhaiter la bienvenue avec le Canadien. Je suis vraiment excité et motivé à l’idée de commencer la prochaine saison.»

Avec le numéro 13

Tel qu’annoncé quelques jours seulement après la transaction, Domi portera le numéro 13 dans l’uniforme bleu-blanc-rouge.

Il aurait bien voulu conserver le «16» en hommage à son idole de jeunesse Bobby Clarke, qui était aussi aux prises avec le diabète. Par contre, ce numéro a été retiré par le Canadien afin d’honorer Henri Richard et Elmer Lach.

«Je n’avais pas le choix, a-t-il convenu, tout en témoignant son respect pour le passé de l’équipe. Disons que Henri Richard a gagné quelques coupes Stanley.»

Domi est bien au courant : c’est effectivement Henri Richard qui détient le record de la Ligue nationale de hockey pour le plus grand nombre de conquêtes par un joueur, soit 11. C’est une de plus que Jean Béliveau.