/opinion/columnists
Navigation

Le spectateur écarlate

The Handmaid's Tale
Photo courtoisie Une métaphore des É.-U. ... ou des pays islamistes ?

Coup d'oeil sur cet article

Je regarde la deuxième saison de La servante écarlate, et je suis en beau joual vert.

Pourquoi ? Parce que la série est mauvaise ?

Non, absolument pas.

Formellement, cette série adaptée du roman culte de Margaret Atwood est extraordinaire.

Elizabeth Moss nous offre l’une des plus grandes performances de l’histoire de la télé.

LA MAUVAISE CIBLE

Je suis en beau joual vert, car cette série qui dit des choses essentielles sur le féminisme, les droits de la personne et l’extrémisme religieux vise la mauvaise cible.

Les auteurs de cette série disent qu’un jour, les droits des femmes seront peut-être bafoués aux États-Unis.

Un jour, l’homosexualité sera peut-être illégale et passible de la peine capitale aux États-Unis.

Un jour, les extrémistes religieux prendront peut-être le pouvoir aux États-Unis.

Un jour, les femmes deviendront peut-être des citoyennes de second ordre aux États-Unis.

Un jour, les hommes auront peut-être le droit de vie ou de mort sur leur femme aux États-Unis.

Un jour, on excisera peut-être les femmes de force aux États-Unis.

Or, actuellement, au moment même où des millions de téléspectateurs vantent les qualités de La servante écarlate, les droits des femmes sont bafoués dans certains pays.

Les homosexuels sont arrêtés ou pendus.

Les femmes sont traitées comme des animaux.

Les femmes doivent être accompagnées de leur petit frère ou de leur grand-père pour marcher dans la rue et consulter leur médecin.

Des fillettes se font exciser.

Pourquoi, au lieu de parler de ce qui pourrait « peut-être un jour éventuellement » se produire aux États-Unis, on ne parle pas de ce qui se passe ACTUELLEMENT dans les pays islamistes ?

Vous ne trouvez pas que c’est pas mal plus urgent ?

LE MASOCHISME OCCIDENTAL

C’est bien beau, les dystopies (des récits de fiction qui se déroulent dans un avenir imaginaire)...

Mais pendant qu’on joue à se faire peur, des femmes sont emprisonnées parce qu’elles refusent de porter un voile, des femmes sont lapidées parce qu’on les a soupçonnées d’être infidèles et des homosexuels sont pendus parce qu’ils contreviennent à la loi de Dieu.

Les créateurs de La servante écarlate voulaient condamner l’extrémisme religieux ?

Alors, qu’ils le fassent !

Et qu’ils visent les bonnes cibles !

Pensez-vous qu’une série comme La servante écarlate pourrait être produite et diffusée à la télé en Iran, en Arabie saoudite, au Yémen, au Qatar ou aux Émirats arabes unis ?

Bien sûr que non !

Facile de critiquer ce que les États-Unis POURRAIENT devenir.

Mais pourquoi cette série ne critique pas ce que ces pays SONT devenus ?

Encore une fois, l’Occident préfère s’autoflageller en public plutôt que condamner haut et fort les pays qui, chaque jour, bafouent les droits de la personne.

Hein ? Critiquer des pays arabes ?

Ben non, voyons, ça serait trop raciste !

Alors on préfère inventer une théocratie 100 % américaine pour mieux la démolir...

Bonjour le courage.

CORDONNIÈRE MAL CHAUSSÉE

En passant, je ne sais pas si vous le savez, mais Elizabeth Moss, la vedette de La servante écarlate, est membre de l’Église de Scientologie.

La fille joue dans une série qui pourfend l’intégrisme religieux, alors qu’elle est membre d’une secte religieuse intégriste !

Ben coudonc...

Je deviens écarlate quand je lis ce genre de choses...