/opinion/columnists
Navigation

Qui parle au nom de LA communauté noire?

Coup d'oeil sur cet article

La controverse autour de SLAV a ramené à la surface un amalgame qui persiste toujours dans les médias, particulièrement en situation de crise.

LA communauté noire ?

C’est cette tendance qui consiste à nier le caractère pluraliste des communautés en les réduisant au singulier comme s’il s’agissait d’un seul et même groupe dont le discours peut être contrôlé par ceux qui parlent le plus fort.

Ainsi, on a pu lire que SLAV a « provoqué l’ire de LA communauté noire » et son « indignation », qu’elle a été « outrée » de n’avoir pas été « consultée ». On s’est aussi demandé pourquoi ce spectacle « heurte-t-il LA communauté noire ? »

L’un des instigateurs de la manifestation anti-SLAV, Lucas Charles Rose, avait exigé d’« impliquer LA communauté noire » dans la production de l’œuvre, à défaut de quoi il fallait l’annuler et présenter des excuses publiques.

Moses Sumney, le musicien afro-américain qui s’était désisté du Festival de jazz de Montréal (FJM), le 3 juillet dernier, et précipité l’annulation du spectacle, estime, pour sa part, qu’il fallait « écouter LA communauté noire » au lieu de « poursuivre le spectacle ».

Pour le président-directeur général du FJM, ce gâchis aurait pu être évité « si le Festival avait été mieux connecté sur LA communauté noire de Montréal ».

Or, LA communauté noire est plurielle. Au-delà des sensibilités des uns et des autres à l’égard de l’esclavage et de la discrimination, ce sont des communautés avec des identités fortes et distinctes.

Cela vaut aussi pour les opinions qui s’y expriment. Il faut d’ailleurs saluer le courage des artistes noirs qui ont osé remettre les pendules à l’heure, notamment l’acteur Frédéric Pierre, qui a fait preuve d’ouverture, sur sa page Facebook, en invitant les manifestants anti-SLAV à la modération : « [...] je crois qu’on doit s’élever au-dessus du ressenti... pour éviter les dérives militantes », a-t-il écrit.

Il y a aussi Kattia Thony, pour qui l’expérience n’a pas dû être facile étant l’une des deux comédiennes noires à l’affiche de SLAV.

Elle a tenu à se dissocier de cette levée de boucliers, sur sa page Facebook, affirmant que « tout ce que je suis y était représenté : je suis femme, je suis noire, je suis forte, je suis haïtienne et surtout, je suis humaine ».

Appel à la modération

Les Noirs au Québec ont des origines géographiques, ethniques, culturelles, des religions, des orientations politiques, des trajectoires d’intégration et des aspirations différentes. Ils ne peuvent être réduits à un groupe monolithique qui fait dans l’unanimité.

Selon l’historien Marcel Trudel, auteur de Deux siècles d’esclavage au Canada, c’est en 1603 que le premier Africain noir, Mathieu Dacosta, a débarqué en Nouvelle-France. Il accompagnait Samuel de Champlain comme interprète auprès des peuples autochtones.

Même si la pratique de l’esclavage au Canada n’avait pas eu la même ampleur qu’aux États-Unis, il n’en demeure pas moins qu’elle a existé, de façon légale, à partir de 1709 et s’est perpétuée jusqu’à son abolition en 1833. C’est l’une des pages les moins connues de notre histoire.

Mais les choses ont beaucoup changé au Québec, depuis les années 1960, avec l’arrivée significative d’immigrants noirs des Caraïbes, d’Haïti, particulièrement, et d’Afrique. Des communautés dont la contribution est inestimable tant sur le plan économique que culturel et social.

Ce sont des communautés avec un leadership fort. Elles comptent de nombreux dirigeants d’organismes qui militent, depuis des années, pour les droits de la personne et contre le racisme et la discrimination.

On ne les a pas entendus sur la controverse entourant le spectacle SLAV. Est-ce l’expression d’un malaise face à la tournure des événements ?

Par contre, le groupe de militants anti-SLAV a pris tout l’espace. Certes, il a le droit d’exprimer sa colère à l’égard d’un spectacle qu’il dénonce, mais peut-il s’ériger en porte-parole de LA communauté noire ?

Quand il accuse Robert Lepage et Betty Bonifassi de racistes, reflète-t-il réellement l’opinion dominante au sein de ces communautés ?

J’en doute, car les leaders d’expérience savent que de telles accusations ne serviront pas la cause de leurs communautés. C’est dans le dialogue que l’on construit les passerelles du rapprochement.