/investigations/transports
Navigation

Voici à quoi ressemblera le tunnel La Fontaine rénové en 2023

Coup d'oeil sur cet article

Ce sera douloureux. Mais après que les automobilistes auront passé à travers quatre ans de travaux majeurs au tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, ils pourront rouler en 2023 dans une infrastructure enfin digne du 21e siècle.

La première simulation visuelle du ministère des Transports montre qu’une fois rénové de fond en comble, le tunnel devrait être bien plus lumineux et sécuritaire qu’actuellement, avec des indicateurs de limite de vitesse électroniques et des sorties de secours bien visibles.

Ce croquis, que nous reproduisons ci-dessus, doit guider les entreprises intéressées à réaliser ce projet de réfection majeure estimé à un milliard de dollars.

Il laisse entrevoir un résultat final totalement différent du tunnel actuel construit en 1967, dont les murs et le plafond dégarni laissent voir d’inquiétantes fissures, des morceaux de béton éclatés et des tiges d’acier d’armature rouillées.

Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports profitera entre autres de ces travaux pour améliorer la protection contre les incendies, colmater des fuites d’eau et améliorer la ventilation.

D’ici là, les fonctionnaires s’arrachent les cheveux pour trouver comment ils limiteront les impacts de ce chantier sur la circulation à l’échelle métropolitaine.

Le tunnel est emprunté par plus de 120 000 véhicules par jour, dont 15 000 poids lourds. Cela en fait la traversée la plus utilisée par les camions pour accéder à l’île de Montréal.

Même avec trois voies ouvertes dans chaque sens, sa capacité maximale est atteinte pendant près de 10 heures par jour, rappelle le Ministère.

Deux voies en moins

Le constructeur devra s’engager à maintenir ouvertes au moins deux voies sur trois dans chaque direction le jour, pendant les quatre ans du chantier.

En conséquence, une voie sera réservée au transport collectif, longue de 11 km sur l’autoroute 20, entre le Chemin du Fer-à-Cheval à Sainte-Julie et la sortie du boulevard Industriel à Boucherville.

Des améliorations à quatre stationnements incitatifs dans l’axe des autoroutes 20 et 25 (Radisson, De Mortagne, De Montarville et Belœil) seront aussi apportées.

Pour le moment, Québec cherche à qualifier trois consortiums qui seront ensuite invités à lui soumettre des propositions détaillées. Les finalistes devraient être connus avant la fin 2018.

Québec espère s’entendre avec le consortium gagnant au début 2020, dans le but de lancer le chantier juste après.

À cette date, les reconstructions du pont Champlain et de l’échangeur Turcot devraient avoir été complétées.