/sports/opinion/columnists
Navigation

Cooperstown me fait vieillir

Vladimir Guerrero
Photo d’archives Vladimir Guerrero fera son entrée au Temple de la renommée ce dimanche.

Coup d'oeil sur cet article

J’ai des souvenirs précieux où je jouais dans le parc devant chez moi, faisant semblant que j’étais Gary Carter, Andre Dawson ou Tim Raines. Et maintenant, Vladimir Guerrero entre au Temple de la renommée.

Il me semble qu’il n’y a pas si longtemps, j’écoutais les histoires de Claude Raymond au sujet de ses anciens coéquipiers et adversaires qui sont à Cooperstown. Des hommes comme Hank Aaron, Roberto Clemente, Willie Mays et Sandy Koufax.

Monsieur Raymond a été sur le terrain avec quelques-uns des plus grands joueurs de l’histoire et j’ai toujours été émerveillé par le fait qu’un Québécois ait eu la chance de côtoyer ces grands.

Signe que les années passent, c’est maintenant à mon tour de constater que j’ai joué contre Dawson, Cal Ripken Jr, Greg Maddux, Tom Glavine, John Smoltz, Mike Piazza et Chipper Jones. Ou que j’ai été le coéquipier de Pedro Martinez et de « Vlad ». Tous des membres du Temple de la renommée, sauf Jones et Guerrero, qui seront intronisés ce dimanche.

Vraiment, c’est incroyable comme ça passe vite...

Une autre génération

En 1989, lors de mon premier été comme joueur de baseball professionnel, Johnny Bench et Carl Yastrzemski faisaient leur entrée à Cooperstown. Ces deux joueurs-là, je les avais vus jouer.

Malgré que c’était davantage vers la fin de leur carrière, j’ai quand même eu la chance d’admirer leur impact sur le sport que j’aimais tant. Mais, ils étaient quand même issus d’une tout autre génération.

Considérant qu’il faut être à la retraite un minimum de cinq ans avant d’être admissible au Temple de la renommée, j’ai vu les plus belles années de pas mal tous les joueurs qui ont été élus dans les années 1990 comme spectateur et partisan de balle : Reggie Jackson, Mike Schmidt, Tom Seaver et Nolan Ryan, pour ne nommer que ceux-là. Ces jours-ci, l’identité des intronisés me donne un coup de vieux.

Cooperstown, un « must »

C’est ainsi qu’aura lieu ce week-end la prochaine cérémonie. Cooperstown est un petit village magnifique situé à un peu plus de 400 km de Montréal, entre Albany et Syracuse. « Vlad », ancien voltigeur des Expos, sera immortalisé ce dimanche après-midi au Clark Sports Center avec Trevor Hoffman, Chipper Jones, Jim Thome, Jack Morris et Alan Trammel.

Pour un amateur de baseball, il n’y a pas de mauvais moment pour visiter le Temple de la renommée, mais le week-end d’intronisation est une fin de semaine de rêve pour quiconque aime le baseball et son histoire. Le défilé des légendes le samedi où vous avez la chance de voir pas loin de 60 membres du Temple de très près, les différentes activités au Doubleday Field et la cérémonie le dimanche.

Cooperstown sera l’épicentre du baseball pour quelques jours cette semaine, mais c’est magique peu importe le moment de l’année. Je vous le recommande fortement. À souhaiter qu’on s’y retrouve bientôt lorsqu’on remettra enfin le prix Ford C. Frick à Jacques Doucet.