/news/politics
Navigation

Fusillade à Toronto: les élus veulent bannir les armes à feu

Ralph Goodale<br>
<i>Ministre</i>
Photo d'archives, AGENCE QMI Ralph Goodale
Ministre

Coup d'oeil sur cet article

Le conseil municipal de la Ville de Toronto ont voté mardi pour exhorter les gouvernements fédéral et provincial à interdire la vente d'armes de poing dans la métropole.

Lors d’une allocution durant le conseil, le maire de Toronto, John Tory, a remis en question la nécessité pour ses citoyens de posséder une arme à feu dans sa ville.

«Pourquoi quelqu’un aurait besoin d’acheter 10 ou 20 fusils, ce qu’il peut très bien faire sous la juridiction actuelle ? [...] Pourquoi quelqu’un aurait carrément besoin d’un fusil ? » a-t-il lancé devant le reste des élus.

Ottawa

Questionné sur le bannissement des armes à feu, mardi, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a dit avoir reçu des commentaires semblables de la part des individus touchés par les attentats à la mosquée de Québec en janvier 2017.

« C’est une proposition complexe parce que ça impliquerait une réécriture importante du Code criminel. Mais en réponse à ceux qui ont fait des représentations plus tôt cette année, ils ont présenté certains arguments. J’ai dit que je les considérerais et que je les examinerais attentivement. Et nous sommes en processus de le faire », a indiqué le ministre Goodale, sans toutefois donner d’échéance.

Nouvelles mesures

Le ministre a assuré que le gouvernement envisage toujours de nouvelles mesures pour encadrer davantage l’accès aux armes à feu.

Deux propositions seront faites à l’automne aux provinces, dont la possibilité d’exiger que les professionnels de la santé signalent une personne avec des troubles de santé mentale qui demande un permis d’arme à feu, ainsi que des mesures de sécurité obligatoires pour l’entreposage d’armes à feu dans des magasins.

– Avec Christopher Nardi