/news/currentevents
Navigation

Un feu détruit la maison... d'un chef pompier

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-NARCISSE-DE-BEAURIVAGE | Personne n'est à l'abri d'un incendie, comme l'a appris à ses dépens le chef du Service de sécurité incendie de Saint-Narcisse-de-Beaurivage, en Beauce, qui a vu sa résidence partir en fumée dimanche dernier.

Kevin Blaney a assisté, impuissant, à l'incendie de sa demeure. Les flammes auraient pris naissance dans une voiture dans le garage, avant de se propager à l'entretoit. La maison est une perte totale.

«J'avais encore deux [enfants] couchés dans la maison pendant l'intervention, quand on a eu l'incendie. Ça s’est fait tellement vite. On ne parle même pas d'une minute, ce sont des questions de secondes», a raconté M. Blaney, en entrevue à TVA Nouvelles.

Heureusement, personne n’a été blessé sérieusement. Le chef pompier et père de famille est le seul à avoir subi une brûlure à la main gauche.

«C'est dur d'être de l'autre côté de la clôture, d’être la victime quand tu es le chef. Ça fait bizarre, mais que veux-tu», a commenté le directeur d'incendie.

Pour aider Kevin, sa conjointe Cathy et leurs trois enfants à se loger temporairement, le temps de reconstruire, des proches leur ont trouvé une maison située à moins d'un kilomètre de leur propriété.

Cet élan de générosité se fait sentir partout dans la communauté.

«C’est un petit geste pour eux, mais ça parait immense pour nous autres, quand on recommence vraiment à la base. C'est ça qu'on fait. On recommence vraiment à zéro», a souligné M. Blaney.

Ce brasier est le troisième à survenir dans la municipalité depuis le début de l’année. Le chef d'incendie fait remarquer que les chaleurs intenses des dernières semaines font en sorte que «le degré d'incendie est beaucoup plus élevé».

Kevin Blaney a aussi retenu un point important du sinistre. «Les détecteurs, c'est très important, c'est ça qui sauve les vies», a-t-il souligné.