/24m/urbanlife
Navigation

60 ans plus tard, toujours du sexe en public sur le mont Royal

60 ans plus tard, toujours du sexe en public sur le mont Royal
FRANCIS PILON/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le sexe en public sur le mont Royal fait toujours des adeptes grâce aux forums sur Internet et aux points de rencontre sur une carte en ligne, malgré le fait que les autorités dénoncent cette pratique depuis les années 50.

Déjà en 1954, le maire Jean Drapeau voyait les arbustes et les petits arbres de toutes sortes comme un abri pour les «activités immorales». La Ville a donc éliminé à l’époque ces «indésirables végétaux» pour faire fuir les «pervers sexuels» sur la montagne, comme le rapporte un récent mémoire de maitrise à ce sujet.

60 ans plus tard, toujours du sexe en public sur le mont Royal
COURTOISIE ARCHIVES DE LA VILLE DE MONTRÉAL

Ces «coupes de moralité» ont perduré jusqu’en 1958. Celles-ci ont été si importantes que le mont Royal avait été surnommé le «mont chauve» à l’époque.

60 ans plus tard, en moins d’une minute sur Google, il nous a été possible de repérer au moins cinq sites où les gens se fixent des rendez-vous quotidiens pour se livrer à des partouzes en plein air durant l’été sur le mont Royal.

Le «dogging»

Mieux connue sous le terme de «dogging», qui doit son nom à l’excuse de promener son chien pour justifier une absence, cette activité est une pratique sexuelle partagée entre voyeurs et exhibitionnistes dans les endroits publics.

Pour ce reportage, le «24 Heures» a contacté quatre adeptes du sexe en public sur le mont Royal par le biais des nombreux forums sur le sujet.

«La plupart du temps, je publie avec mon chum où on va être sur la montagne et à quel endroit on va être là-bas. Les gens connaissent les "spots" grâce à une "map" et c’est comme ça qu’on se rejoint. Après, c’est à nous de décider s’ils regardent ou s’ils participent. C’est toujours très respectueux», a expliqué Lisa-Maria, une adepte du «dogging» âgée de 48 ans.

Chacun des lieux de cette carte propose des activités différentes, allant de relations sexuelles dans une voiture, sur des tables de pique-nique ou dans des endroits réservés à la communauté homosexuelle.

«Moi, je suis fluide sexuellement et c’est ce qui est bien du mont Royal. Il y a du monde de tous les âges et de toutes les orientations. Avant, j’y allais et il fallait attendre, mais avec Internet, fixer un rendez-vous pis toute, ça facilite les choses aujourd’hui», a raconté Richard, qui refuse de dévoiler son âge et qui se rend sur la montagne depuis une vingtaine d’années pour trouver des amours d’un soir.

Phénomène nouveau

«On sait que des couples ou des individus seuls viennent consommer leur intimité sur la montagne depuis toujours. Mais là, ce qui semble nouveau, c’est que les gens utilisent des forums, des cartes interactives avec des lieux et des activités qu’on peut retrouver à X endroit sur la montagne. Ces communications, à mon avis, c’est assez nouveau», a témoigné la directrice des communications des Amis de la montagne, Hélène Panaïoti.

Le Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM) a confirmé au «24 Heures» ne pas avoir remis d’infraction au cours des cinq dernières années par rapport à ce phénomène sur la montagne.

Des personnes se livrant à de telles pratiques pourraient être accusées d’«actes indécents», a souligné la police.

Fantasme à combler

«C’est pas quelque chose qui est commun de voir dans la société, ce genre de pratiques. Mais oui, à chaque époque, on voit des gens qui ont des fantasmes qui sortent de l’ordinaire. Et le "dogging", ça semble être dans ce courant-là», a évalué Élise Bourque, sexologue clinicienne et psychothérapeute.

«Il y a plusieurs sites pour les rencontres de "dogging". Par contre, ce que je constate en bureau privé, c’est que les gens passent énormément de temps à chercher des partenaires pour faire du "dogging" et n’importe quoi comme du BDSM, mais peu passent à l’acte. Je pense que le fantasme ici, avec ces cas-là, est même plus fort que la situation dans la réalité», a-t-elle ajouté.