/news/health
Navigation

La pénurie de médecins touche l'urgence de Forestville

Coup d'oeil sur cet article

L'urgence de Forestville, sur la Côte-Nord, sera privée de médecin en soirée et la nuit pour une durée de sept journées consécutives à compter de jeudi.

Une situation semblable s’est produite de lundi à mercredi dernier. Vendredi, il n’y a pas eu de médecin à l’urgence pendant une période de 24 heures.

La pénurie de médecins explique cette situation.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord a de la difficulté à combler les horaires pendant l’été, même en faisant appel à des médecins dépanneurs. Seulement quatre médecins de Forestville assurent des présences à l’urgence.

Les patients qui se présentent à l’urgence pendant cette période ne se butent pas à des portes closes. Des infirmières dispensent des soins de santé de base. Et en cas d’une urgence majeure, un médecin reste de garde.

Jusqu’à présent, ces absences de médecins à l’urgence n’ont pas entraîné de graves problèmes, selon l’adjointe du PDG du CISSS, Sandra Morin.

«On a eu peu des cas pendant les trois nuits et celle de vendredi dernier. Ça s’est bien très passé. Je pense qu’il y a eu une seule personne qui a dû être transférée à Baie-Comeau. Mais ce n’était pas une urgence majeure.»

Le centre de santé cherche encore à combler l’horaire des médecins à l’urgence de Forestville pour une journée à la mi-août.

Cet été, à cause du départ de plusieurs médecins, la pénurie se fait particulièrement sentir, pas seulement pour l’urgence de Forestville.

«Depuis plusieurs années, c’est toujours à Forestville et à Port-Cartier où c’est un peu plus difficile et où on fait appel souvent aux mécanismes de dépannage. Cependant cette année, on a eu un peu plus de difficulté à Havre-Saint-Pierre parce qu’il y a des médecins qui ont quitté. La situation n’est pas facile non plus à Sept-Îles et même à Baie-Comeau où il y a plusieurs médecins qui ont quitté au cours de la dernière année.»

Forestville demeure toutefois la seule urgence de la Côte-Nord à devoir gérer l’absence de médecin cet été.