/news/currentevents
Navigation

Le BEI enquête sur la mort d’un adolescent à Lac-Brome

Coup d'oeil sur cet article

LAC-BROME | L’adolescent abattu par les policiers à Lac-Brome souffrait de détresse psychologique et ne voulait pas vivre au-delà de 30 ans.

C’est ce qu’a expliqué son ex-petite copine dans un témoignage touchant, livré à TVA Nouvelles.

«Je le savais, il me l’a dit qu’il ne voulait pas vivre plus vieux que 30 ans et qu’un jour il allait se tuer. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aujourd’hui», a expliqué la jeune femme encore sous le choc.

Elle soutient qu’elle a tenté d’épauler et de soutenir son copain alors qu’elle le fréquentait.

«J’ai essayé tellement de fois d’être là pour lui. Juste lui montrer que j’étais là. Finalement, ça n’a rien fait. J’aurais aimé pouvoir faire quelque chose qui aurait eu un impact. Ça n’a rien fait. C’est vraiment dur».

Par ailleurs, la mort de ce jeune homme secoue la communauté de 5500 habitants. Tout le monde dans le secteur de Knowlton semble connaître la victime, qu’on disait enjouée et sociable.

Le Bureau des enquêtes indépendantes est responsable de l’enquête sur la mort du jeune homme, abattu par les policiers de la Sûreté du Québec au beau milieu de la nuit de mardi à mercredi.

Les policiers ont été appelés à se rendre près de la rue Ellson, concernant un homme possiblement armé au comportement suspect, vers 1 h 20.

En arrivant sur place, les policiers ont rapidement localisé le jeune homme. Selon des informations de TVA Nouvelles, le jeune homme avait avec lui un pistolet à air comprimé.

Les policiers auraient «alors tenté de discuter avec lui, en utilisant notamment un haut-parleur. Le civil serait alors devenu menaçant envers les policiers. Ils auraient alors fait feu et auraient atteint le jeune homme qui est décédé», peut-on lire dans un communiqué publié mercredi matin par le BEI.

Le BEI a déployé une équipe de huit enquêteurs chargés d'évaluer si ces informations préliminaires sont exactes. Le Service de police de la Ville de Montréal les épaulera en fournissant deux techniciens en identité judiciaire.

Toute personne ayant été témoin de cet évènement est invitée à contacter les enquêteurs via le site internet www.bei.gouv.qc.ca.