/finance
Navigation

Les profits de Loblaw reculent fortement au deuxième trimestre

Les profits de Loblaw reculent fortement au deuxième trimestre
Photo d'archives, Reuters

Coup d'oeil sur cet article

BRAMPTON | L’épicier Loblaw a vu ses profits fléchir de 85 % au deuxième trimestre de son exercice financier.

L’entreprise a déclaré mercredi un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 50 millions $ (0,13 $ par action ordinaire) au deuxième trimestre de cette année, en recul de 309 millions $ comparativement à celui inscrit au deuxième trimestre de l’an dernier. Essentiellement, la diminution de la performance est attribuable au secteur Vente au détail, indique-t-on.

La compagnie a également expliqué que la «cession des activités de postes d'essence de la société au troisième trimestre de 2017 a eu une incidence négative, d'un exercice à l'autre, sur la performance financière au deuxième trimestre de 2018».

Les revenus de l’entreprise ont aussi diminué de 157 millions $, ou 1,4 %, par rapport au deuxième trimestre de 2017 pour s'établir à 10,9 milliards $.

En outre, le chiffre d'affaires des magasins comparables (une mesure de rendement clé dans le secteur du détail) du secteur de l'alimentation au détail (Loblaw) a augmenté de 0,8 % si l'on ne tient pas compte des activités des postes d'essence. Dans le secteur des pharmacies au détail (Pharmaprix), le chiffre d'affaires des magasins comparables a crû de 1,7 %.

«Nos secteurs d'activité de base ont continué d'afficher une bonne performance dans un marché hautement concurrentiel, malgré les fortes pressions exercées sur les coûts», a déclaré Galen G. Weston, président du conseil et chef de la direction de Loblaw, dans un communiqué.

Par ailleurs, les échanges de cartes Loblaw ont coûté environ 36 millions $ au deuxième trimestre de 2018 et 53 millions $ pour l'exercice à ce jour, «montants pour lesquels une provision avait été comptabilisée au quatrième trimestre de 2017».

«Nous continuons à mettre en œuvre notre stratégie, à améliorer nos processus, à réduire nos coûts et à élargir notre présence en ligne afin de pouvoir proposer aux Canadiens la meilleure offre en matière d'alimentation, de santé et de beauté», a ajouté M. Weston.