/opinion/columnists
Navigation

Dictionnaire à l’usage des petits lapins (3)

Coup d'oeil sur cet article

Vous vous êtes ennuyés, mes petits lapinous ? Mononcle Richard aussi !

Pour vous récompenser de votre patience, voici d’autres définitions qui vont vous aider à mieux comprendre le monde des grandes personnes.

Antiracisme

Avant, l’antiracisme, comme son nom l’indique, combattait le racisme. Aujourd’hui, l’antiracisme est une forme de racisme.

Vous ne me croyez pas ?

Prenez Webster. Vous savez, le rappeur mieux connu pour ses prises de position que pour sa musique ? Celui qui s’est approprié le concept d’appropriation culturelle ?

Récemment, dans une entrevue, Webster a dit que la distribution du spectacle SLAV devrait être 100 % noire. Même si le spectacle de Betty Bonifassi et Robert Lepage parle de TOUTES les victimes d’esclavage, et pas seulement des victimes des traites négrières.

L’esclavage des travailleurs bengalis qui travaillent dans des sweatshops, l’esclavage des Slaves de la Croatie, etc.

Mais tout ce qui intéresse Webster, c’est l’esclavage subi par les Noirs. SA culture, SA race, SA couleur de peau, SON peuple.

Les autres victimes de l’esclavage, il s’en fout. SLAV ne devrait même pas en parler...

Ce n’est pas une forme de racisme, ça ? Ce qui est arrivé aux gens qui ne sont pas de ma race m’importe peu ?

Avant, l’antiracisme disait qu’il fallait dépasser le concept de race. Aujourd’hui, l’antiracisme ramène tout à la race.

Bientôt, si ça continue, les antiracistes vont demander des toilettes pour Noirs seulement...

Désir

« La bandaison, papa, ça ne se commande pas », chantait Brassens (un chanteur coquin qui serait boycotté s’il vivait aujourd’hui). Idem pour le désir. Je sais que tu voudrais que la vie soit juste et égalitaire et gentille et douce, mon cher lapinou, mais ce n’est malheureusement pas le cas.

La personne obèse a moins de chance de pogner que la personne mince.

C’est plate, mais c’est ça.

De même, une personne riche a plus de chance de pogner qu’une personne pauvre.

Et entre une personne belle et compétente et une personne moche et compétente, les patrons (hommes et femmes) vont majoritairement choisir la première.

Une fille a beau être conne comme la pluie, si elle est belle, elle ne sera jamais seule.

Un gars a beau être laid comme un pou, s’il est riche, connu ou puissant, il ne sera jamais seul.

Ça s’appelle la nature humaine. C’est injuste, je sais, mais c’est comme ça. Habitue-toi.

Immigration

La diversité est une richesse. Mais un pays, c’est comme une maison : n’y entre pas qui veut. Il y a des règles à suivre, des processus à respecter.

Plus on va se montrer accueillant envers les immigrants irréguliers, plus les passeurs vont faire des affaires d’or en promettant mer et monde à de pauvres personnes prêtes à donner toutes leurs économies pour quitter leur pays. Actuellement, ceux qui profitent le plus de notre complaisance sont les trafiquants d’êtres humains qui entassent des centaines de migrants sur des rafiots de fortune en se foutant totalement de ce qui va leur arriver.

Voulons-nous être complices de ce trafic dégueulasse ? Alors il faut être clair et répéter que pour être accepté comme immigrant ou réfugié au Canada, il faut répondre à des critères précis.

Sinon on n’entre pas.