/lifestyle/food
Navigation

Une famille royale qui sort de l’ordinaire

Les Boissons du Roy produit des liqueurs de petits fruits depuis 2006

Les sept actionnaires, les membres de la famille Cossette-Gauthier. Dans l’ordre, de gauche à droite : Normand Gauthier, Françoise Cossette, René Paquin, Isabelle Gauthier, Éric Gauthier, Mylène Gauthier et Steve Massicotte.
Photo courtoisie Les sept actionnaires, les membres de la famille Cossette-Gauthier. Dans l’ordre, de gauche à droite : Normand Gauthier, Françoise Cossette, René Paquin, Isabelle Gauthier, Éric Gauthier, Mylène Gauthier et Steve Massicotte.

Coup d'oeil sur cet article

C’est en 1987 que Françoise Cossette et son époux Normand Gauthier ont décidé de mettre la main sur la Ferme Tournesol, située à Sainte-Anne-de-la-Pérade. L’entreprise se spécialisait alors dans la culture des fraises et des framboises et vendait ses produits en kiosque ou par l’autocueillette.

« La ferme a connu une belle croissance au courant des années 1990. Elle a ajouté un bar laitier, un casse-croûte ainsi qu’une bleuetière. Elle a également ajouté à sa production agricole le cassis et la rhubarbe », affirme l’actuel directeur général, Steve Massicotte.

C’est au début des années 2000 que l’entreprise est devenue une entreprise familiale et qu’un nouveau tournant a été pris.

Liqueur

Comme il arrive bien souvent que les nouveaux projets sortent d’une idée surprenante, c’est au sous-sol de la maison familiale que la nouvelle direction de l’entreprise est née.

Les membres de la famille ont alors eu l’idée de faire fermenter des framboises afin d’en obtenir une liqueur. Les commentaires étaient unanimes : le véritable goût de la framboise était la pièce maîtresse de ce produit nouveau genre.

Considérant que le nom Ferme Tournesol n’était plus approprié, l’entreprise changea d’appellation et devint alors Les Boissons du Roy.

Elle fit officiellement son apparition sur le marché en 2006. C’était le début d’une nouvelle famille royale.

L’entreprise, qui ne cesse de croître encore aujourd’hui, propose entre autres La Préférée du Roy, cette même liqueur qui est à l’origine de la version 2.0 de l’entreprise et qui propose un délicieux goût de framboises avec une petite pointe intéressante d’acidité.

Par ailleurs, on y retrouve également Le Pérado, qui a très tôt obtenu le titre de « porto aux bleuets ».

Un vin fait à base de rhubarbe et de fraises ainsi qu’une sangria en cannette sont venus s’ajouter dernièrement à la liste de leurs produits.

Plus populaire que la SAQ

Sans trop le savoir, leur participation à l’événement annuel Les délices d’automne de Trois-Rivières allait leur ouvrir de nouvelles portes.

« Notre kiosque était devant celui de la Société des alcools du Québec. Nous nous disions alors que nous n’allions aucunement faire le poids. Mais à notre grande surprise, notre file d’attente était beaucoup plus longue que la leur. Un certain moment, nous avons vu des gens en complet-veston. Ils ont goûté nos produits et nous ont pris à part. Ils étaient de la SAQ et ils avouaient être impressionnés par nos produits. Aujourd’hui, nous sommes en pourparlers avec eux. Nous en sommes à l’étape des dégustations. Nous nous croisons les doigts pour que nos produits puissent se retrouver, dans un avenir pas si lointain, sur les tablettes de la SAQ », détaille M. Massicotte.

Leurs produits sont offerts dans la boutique de Sainte-Anne-de-la-Pérade, dans quelques épiceries de la région et les samedis au marché public de Deschambault.

L’entreprise prépare actuellement un vaste projet d’agrandissement pour ses installations, pour pouvoir répondre à la demande, qui est grandissante.

« La critique est unanime : nous proposons des produits différents et très appréciés. On est fier de dire que tout ça est fait ici, au Québec », conclut Steve Massicotte.

Il s’agit là d’une nouvelle famille royale qui sort de l’ordinaire et qui déjà fait tourner bien des têtes.