/sports/hockey
Navigation

Année d’apprentissage pour Chabot

L’athlète de Sainte-Marie fait partie de la jeune relève chez les Sénateurs d’Ottawa

HKO-HKN-SPO-NEW-YORK-RANGERS-V-OTTAWA-SENATORS
Photo d'archives, AFP Thomas Chabot a su tirer son épingle du jeu avec les Sénateurs, la saison dernière.

Coup d'oeil sur cet article

RIVIÈRE-DU-LOUP | Le défenseur des Sénateurs d’Ottawa Thomas Chabot a avoué que sa première saison dans le hockey professionnel a été une année d’apprentissage avec des hauts et des bas, ce qui fait de lui un meilleur défenseur aujourd’hui.

Considéré comme l’un des piliers dans les plans futurs de l’organisation des Sénateurs d’Ottawa, Thomas Chabot a connu un début de saison en dents de scie avant de s’imposer comme un défenseur établi dans la grande ligue.

Rétrogradé à deux reprises au club-école de l’organisation en octobre, le défenseur de 21 ans, qui avait été nommé joueur par excellence aux yeux des médias lors du Championnat mondial de hockey junior des moins de 20 ans, en 2017, a vécu son premier échec dans le hockey professionnel.

« C’est difficile honnêtement. C’est difficile d’être dans la Ligue américaine quand ton but, c’est de jouer dans la Ligue nationale. J’ai pris ça un jour à la fois, puis ç’a porté ses fruits, je suis remonté en haut », a-t-il reconnu lors d’une entrevue accordée au Journal.

Une évolution dans son rôle

Après avoir disputé 13 parties avec les Sénateurs de Belleville dans la Ligue américaine, le défenseur a été rappelé par le grand club.

À son retour, sa confiance s’est améliorée à un tel point qu’il a fini par évoluer aux côtés d’Erik Karlsson sur la première paire de défenseurs de la formation ontarienne.

« J’essayais de reproduire des jeux qu’il faisait sur la patinoire. Il me disait qu’il faisait les mêmes erreurs que moi je faisais cette année, ça l’a été très bénéfique pour moi », a ajouté l’ancien porte-couleurs des Sea Dogs de Saint-Jean.

En confiance avec son coach

Si sa première campagne dans la Ligue nationale de hockey s’est bien terminée, la confiance de son entraîneur Guy Boucher y est pour beaucoup.

« C’est un entraîneur qui est bon avec les jeunes joueurs. Il ne viendra pas te crier après si tu fais une erreur. Je pense que c’est une chose qui m’a énormément aidé dans mon jeu », a-t-il expliqué.

De son côté, l’instructeur en chef des Sénateurs d’Ottawa ne cessait de tarir d’éloges à l’endroit du jeune défenseur.

« Thomas possède des qualités qui font de lui un joueur exceptionnel en devenir. Il travaille fort pour devenir meilleur chaque jour », a raconté Guy Boucher lors de son tournoi de golf le 14 juillet dernier.