/opinion/columnists
Navigation

Comment raconter l’histoire?

Samuel de Champlain
Photo Agence QMI, Daniel Mallard Samuel de Champlain

Coup d'oeil sur cet article

Dans Kanata, Robert Lepage entendait raconter l’histoire canadienne à partir du point de vue des autochtones par rapport aux « Blancs ».

L’opinion publique est légitimement indignée par son annulation. L’intimidation idéologique écœure. Cette pièce aurait dû être menée à son terme.

Histoire

Mais il vaut quand même la peine de réfléchir sur l’angle historique qu’adoptait Lepage. Est-il vrai que la perspective historique autochtone est étouffée ? On peut en douter et même penser le contraire.

On le voit à l’école, où le programme d’histoire, ces dernières années, accor­dait un primat au point de vue autoch­tone, comme en témoignent bien souvent des élèves qui ont l’impression, à juste titre, qu’on a voulu les endoctriner. La plupart toutefois endossent cette perspective idéologique et abordent l’histoire en accusant les « Blancs » d’avoir exterminé les Amérindiens, sans jamais distinguer les Français, qui ont une histoire admirable, des Anglais, des Espagnols et des Portugais.

On le voit aussi dans le domaine culturel où la repentance est aussi dominante­­­. Émile Proulx-Cloutier est un artiste très doué. Mais sa connaissance de l’histoire semble approximative pour ne pas dire fantasmée. Récemment, dans son album Marée haute, il a réécrit complètement la chanson Mommy­­­, qui racontait l’anglicisation des Québécois, en l’appelant Maman, pour dénoncer l’assimilation des Amérindiens par les Québécois, comme si nous devions nous accuser de leur mauvais sort. Proulx-Cloutier confond ici les Québécois et les Canadiens anglais.

On le voit enfin dans le vocabulaire politique. Traditionnellement, on parlait du Canada en évoquant ses deux peuples fondateurs, soit les Canadiens anglais et les Québécois. Mais ils ont été victimes d’une rétrogradation symbolique. On les présente désormais comme deux groupes parmi d’autres dans une diversité façonnée par des vagues migratoires successives. Nous serions tous des immigrants, sauf les Amérindiens, promus au titre de Premières­­­ Nations.

Mais ce n’était pas suffisant. La nouvelle mode, c’est de présenter notre pays comme un territoire amérindien non cédé. Le Québec comme le Canada et les États-Unis seraient des États illégitimes. À l’échelle de l’histoire, l’expansion européenne serait une entreprise criminelle.

On devine par là qu’il faut s’excuser d’avoir découvert, défriché, labouré et construit ce pays. Il faudrait s’excuser d’exister.

Certes, il y a des pages noires dans notre histoire. Mais il n’y a pas que des pages noires. L’histoire de la Nouvelle-France n’a pas à être réécrite à l’encre de la culpabilité et de la mauvaise conscience occidentale.

Réalité

Qu’il s’agisse de la frontière, des institutions, des mœurs ou de la culture, nous pouvons nous considérer comme les fondateurs du pays. Le Canada et le Québec, comme entités historiques, sont des créations européennes : cela n’a rien de honteux.

Cela ne veut pas dire qu’il faut négliger la perspective amérindienne, qui mérite d’être entendue, naturellement, et qui a sa grandeur.

Mais pourquoi sacrifier la nôtre comme si nous devions nous débarrasser de notre propre histoire ? Sommes-nous de trop pour nous-mêmes ?

***

Pour aller plus loin, je me permets de vous référer à mon texte L’histoire pénitentielle du Canada, paru sur mon blogue du Journal samedi dernier.