/travel/destinations
Navigation

L’Indien au-delà d’Hollywood

Le Musée des Abénakis, aux abords de la rivière Saint-François.
Photo courtoisie Le Musée des Abénakis, aux abords de la rivière Saint-François.

Coup d'oeil sur cet article

Dans les films à l’époque du Far West américain, l’image des guerriers apaches à cheval ou de la jolie princesse indienne dans un tipi a créé des stéréotypes encore présents sur les Premières Nations.

Pour aller au-delà de l’image, une halte s’impose au Musée des Abénakis à Odanak, à l’est de Sorel-Tracy.

Une exposition-choc

Une nouvelle exposition montre les clichés issus des vieux films de cow-boy, comme ces «barbies» indiennes.
Photo courtoisie
Une nouvelle exposition montre les clichés issus des vieux films de cow-boy, comme ces «barbies» indiennes.

L’Indien au-delà d’Hollywood, c’est le nom d’une nouvelle exposition du musée. On y voit des objets renforçant les clichés issus des vieux films de cow-boy. Des « barbies» indiennes. Des figurines de guerriers avec des plumes. Des souvenirs avec la tête d’un chef indien...

Comme le démontre l’exposition, c’est souvent pour se défaire de ces images caricaturales que plusieurs membres des Premières Nations veulent faire connaître leur véritable histoire tout en étant contemporains.

Chaque nation son histoire

Si des coutumes sont communes à plusieurs nations, leur histoire demeure distincte. C’est bien entendu le cas des Abénakis, le musée nous faisant aussi découvrir leur mode de vie d’hier à aujourd’hui, une réalité bien éloignée des Indiens d’Hollywood.

Les coutumes ancestrales nous sont racontées par des accessoires et des illustrations sur la chasse, la pêche ou encore la vannerie. Ce qui est encore plus distinct, c’est l’alliance militaire avec les Français, faisant en sorte que les Abénakis ont vécu avec eux dans un village fortifié érigé en 1704.

Du fort à l’église

La maquette du Fort d’Odanak. Les lieux ont été habités conjointement par des Français et des Abénakis, les deux peuples étant alliés.
Photo courtoisie
La maquette du Fort d’Odanak. Les lieux ont été habités conjointement par des Français et des Abénakis, les deux peuples étant alliés.

La maquette du Fort d’Odanak indique que des maisons longues s’y trouvaient. Le but du fort était d’assurer une protection contre les Anglais et les Iroquois, la condition étant que les Abénakis deviennent catholiques.

C’est ce qui explique la présence sur le site voisin d’une église catholique, que l’on peut d’ailleurs visiter. Le musée se trouve de plus dans une ancienne école catholique que les Abénakis ont fréquentée, ce qui leur a permis de ne pas être envoyés de force dans les pensionnats (sauf les orphelins).

Aux abords de la rivière Saint-François, le site est magnifique. On a le plaisir de pique-niquer sur la terrasse ou sous les arbres à quelques pas.

Musée des Abénakis

  • Accès en auto: route 132, à l’est Sorel-Tracy
  • Boutique: livres, mocassins, bijoux, paniers en frêne
  • Tarifs: 10$ adulte, 6$ enfant (6 à 12 ans)
  • En sus: ateliers de fabrication de colliers, de capteurs de rêves et de poupées de maïs
  • 450 568-2600
  • www.museedesabenakis.ca

Rien comme l’odeur de la lavande

Le Musée des Abénakis, aux abords de la rivière Saint-François.
Photo courtoisie

D’autres idées pour le week-end

À Fitch Bay, près du lac Memphrémagog, la lavanderaie domine la colline d’Applegrove. Le coup d’œil est magnifique.

On y va pour se balader dans les champs et du même coup, pique-niquer ou se régaler au bistro Lavandula. À la boutique, tout est à base de lavande, que ce soit les huiles essentielles ou la tisane.

Visite libre: 10$ par adulte, 5$ par jeune de 12 à 17 ans.