/misc
Navigation

Plusieurs pêcheurs à bord

Le dériveur de surface espace vos offrandes selon un axe latéral, réduisant ainsi considérablement les possibilités d’entremêlement lorsque plusieurs pêcheurs prennent place dans une embarcation. Le downrigger, pour sa part, présente vos leurres entre deux eaux, à l’abri des emmêlements.
Photo courtoisie Le dériveur de surface espace vos offrandes selon un axe latéral, réduisant ainsi considérablement les possibilités d’entremêlement lorsque plusieurs pêcheurs prennent place dans une embarcation. Le downrigger, pour sa part, présente vos leurres entre deux eaux, à l’abri des emmêlements.

Coup d'oeil sur cet article

Il est parfois embêtant de taquiner les poissons dans une embarcation en mouvement lorsqu’on est plus de trois manieurs de cannes.

La technique traditionnelle de pêche à la traîne avec plusieurs perches consiste à déployer un leurre de chaque côté de la coque et un autre au-dessus du moteur. Malheureusement, il se produit quasi inévitablement des entremêlements et des frustrations, surtout lors des virages ou de diverses manœuvres. Certains membres de la famille, amis ou partenaires de pêche s’abstiennent alors pour ne pas engendrer de situations déplaisantes.

Prendre les moyens

Que vous soyez propriétaire d’une chaloupe, d’un bateau ou d’un ponton, sachez qu’il existe une technique qui vous permet de faire pêcher six adeptes simultanément. Il faut évidemment que le capitaine et ses invités soient un peu dégourdis et alertes.

Pour y arriver, vous devez acquérir quatre petits dériveurs de surface de 25 centimètres, un assortiment de plombs à pince, quatre moulinets à compteur ou quatre compteurs de ligne et deux downriggers manuels ou électriques.

Le dériveur de surface.
Photo courtoisie
Le dériveur de surface.

Sur l’eau

Le dériveur de surface est un outil qui éloigne votre offrande selon un angle approximatif de 45 degrés et le force à voguer sur une trajectoire parallèle à la coque. Retenez qu’il y a des modèles qui évoluent à droite et d’autres à gauche.

Avec ces derniers, la première étape consiste à laisser nager un leurre à 30 m derrière l’embarcation et à installer un dériveur qui flottera à 30 m à droite de votre position. Répétez la même opération en utilisant des distances de 15 m au lieu de 30 m. Vous aurez ainsi deux offrandes qui se déhancheront sur des axes bien spécifiques à droite de votre bateau. Recommencez ce scénario à votre gauche. Vous aurez alors deux cuillères ou devons qui attireront simultanément l’attention des poissons loin derrière, deux de chaque côté et deux autres plus près du sillage créé par le moteur.

Si vous souhaitez exploiter diverses profondeurs de la colonne d’eau, vous pourrez installer des lests à pinces de poids différents sur vos présentations. En plus d’éviter les entremêlements latéraux, vous ciblerez différentes strates. Vous pourriez alors dévider votre moulinet de 30 verges, par exemple, y pincer un lest, débobiner une autre distance similaire et y fixer un dériveur que vous ferez nager au loin.

Retenez que vous pouvez modifier vos approches et les longueurs en fonction de vos besoins sans aucun problème.

Additionnel

On peut maintenant faire nager deux autres offrandes sous l’embarcation en se servant de downriggers. Ces treuils vous permettront de relier votre leurre à un déclencheur qui sera accroché sur le câble principal ou sur le boulet.

Au total vous aurez six présentations qui tenteront de déjouer les poissons ciblés.

Il est possible d’installer deux autres leurres, en toute légalité sur les fils des cannes à pêche. Ces tricheuses, comme on les appelle, descendront à mi-chemin et augmenteront vos chances.

De tout pour tous

Lorsqu’on veut se servir d’un poisson-nageur, il faut évidemment le nouer. Si ce dernier est équipé d’un anneau fendu, on peut faire n’importe quel type de nouage.

Mais s’il n’a pas de split ring, comme on les appelle en anglais, vous devez opter pour un nœud ouvert qui ne se serre pas sur lui-même. Sinon, l’action de l’imitation d’un méné sera considérablement amoindrie puisque la traction du fil occasionnera une résistance sur toute sa longueur. L’anneau fendu agit en tant que pivot et permet à l’offrande de se déhancher avec frénésie.

Les poissons se cachent souvent dans des endroits encombrés de végétation ou de branches. Ils peuvent alors s’y sentir en sécurité, éviter les prédateurs plus imposants et se camoufler afin de chasser leurs proies. Certains leurres peuvent être assez chers et on ne veut évidemment pas les perdre à la première occasion en se prenant au fond ou sur différents obstacles naturels ou pas. Si vous hésitez à catapulter vos offrandes près des cachettes de prédilection des poissons, vous manquez certainement de belles occasions de les attraper. Si la crainte vous empêche d’exploiter la proximité des sites encombrés, vous auriez intérêt à lancer des versions plus économiques.