/opinion/columnists
Navigation

Interdit aux hommes hétéros

Coup d'oeil sur cet article

Il y a deux jours, à Montréal, Never Apart, un organisme à but non lucratif « qui a pour but d’amener des changements sociaux et une conscience spirituelle à l’échelle mondiale » a organisé un atelier de DJ.

L’atelier était ouvert aux femmes, aux personnes LGBT et aux personnes non binaires.

Bref, à tout le monde... sauf aux hommes hétérosexuels.

« Le but est de créer des safe spaces pour les femmes et les personnes LGBT », pouvait-on lire sur la page Facebook de l’événement.

UNE QUESTION DE SÉCURITÉ

Pour ces organisateurs, l’homme hétérosexuel est une menace potentielle.

Alors, on lui interdit l’entrée.

Au cas où...

Vous savez, les hommes hétéros ne peuvent s’empêcher de pogner les fesses des filles. Qu’est-ce que vous voulez, ce sont des malades, alors on n’a pas le choix, si on veut que les femmes puissent apprendre l’art du DJing tranquille, sans se faire emmerder par ces obsédés, il faut prendre les mesures qui s’imposent...

Ça tombe sous le sens non ?

C’est une simple question de sécurité.

Imaginez des ateliers interdits aux gais. Ou aux Noirs.

Tout le monde capoterait. La Commission des droits de la personne serait sens dessus dessous.

Mais interdire l’entrée d’un événement culturel aux hommes hétérosexuels ?

Pas de problème ! De toute façon, ce sont tous des maudits cochons, alors...

En passant, une question : comment les organisateurs de cet événement ont-ils vérifié l’orientation sexuelle des hommes qui se sont pointés à leur atelier ?

Ils leur ont demandé de réciter les paroles complètes d’une chanson de Céline Dion ?

Ils te faisaient danser sur I Will Survive et si tes coudes dépassaient tes épaules, paf, ils t’ouvraient la porte ?

DES PANSEMENTS RACISTES !

On est rendu là.

Les hommes qui ont le malheur d’être attirés par les êtres de l’autre sexe sont perçus, de par leur nature, comme des harceleurs ou des violeurs potentiels.

Tu n’as pas le droit de faire du profilage racial, mais du profilage sexuel, ah ça, oui, par contre, vas-y fort ! Pourvu que tu vises les bonnes cibles, c’est-à-dire les hommes hétéros...

Ces temps-ci, je regarde mon fils de 10 ans et je me demande dans quel monde il va grandir...

J’espère qu’il saura résister à toutes ces folies, à toutes ces tocades.

Il n’y a pas une journée sans qu’une histoire du genre fasse les manchettes.

En France, de plus en plus d’événements culturels, politiques et syndicalistes interdisent l’entrée aux Blancs, à cause de leur passé de colonisateurs !

Il y a quelques semaines, sur Twitter, la journaliste noire Rokhaya Diallo (auteure du livre Racisme mode d’emploi) a dénoncé le fait que les compresses à l’intérieur des pansements qu’elle se mettait parfois sur le visage étaient blanches !

Pas de farce...

On imagine le discours enflammé de Martin Luther King sur cette question ô combien importante...

« L’autre jour, mes amis, j’ai fait un rêve ! J’ai rêvé que mes petits-enfants pouvaient se mettre des diachylons dépourvus de compresse blanche ! »

C’est complètement cinglé.

LE COMBAT DU SIÈCLE

Il me semble qu’il y a des combats plus urgents, non ?

Mais qu’est-ce que j’en sais ?... Je suis un sale hétéro avec un pénis.