/sports/others
Navigation

Jeux du Québec: au-delà des perceptions

Coup d'oeil sur cet article

C’est en regardant sa sœur pratiquer le lancer du poids, du marteau et du disque que Vanessa Ayers (Est-du-Québec) a eu la piqûre. Aujourd’hui, elle se fait un devoir de démystifier son sport trop souvent méconnu auprès du grand public.

Au quotidien, il n’est pas rare que l’athlète de Rivière-Bleue doive expliquer en quoi consiste son sport. Parmi les disciplines de l’athlétisme, celle regroupant les lancers ne jouit pas de la même popularité auprès des jeunes que les sprints ou les haies, une situation qu’elle aimerait changer.

«C’est complètement inconnu. Des fois, je fais des blagues et je dis que j’essaie de lancer le marteau pour clouer une planche. Souvent, les gens trouvent ça impressionnant parce que dans ma catégorie, un poids et marteau c’est 3 kg un disque 1 kg.»

«Je n’ai pas le physique d’une sprinteuse ou d’une coureuse quelconque. J’aurais sûrement aimé ça, mais ce n’était pas une possibilité, a-t-elle ajouté. Je voulais un sport individuel pour me dépasser en tant que personne et athlète et je pense que c’est la meilleure option que je pouvais prendre.»

À 16 ans, Vanessa ne regrette pas d’avoir pris cette décision il y a cinq ans. En 2016, aux Jeux de Montréal, elle avait gagné l’or au disque et mis la main sur l’argent aux poids et marteau. Lundi, lors de la 53e Finale des Jeux du Québec -Thetford 2018, elle a gagné l’or au lancer du disque dans la catégorie juvénile féminin.

Samedi, elle a gagné le bronze au lancer du marteau. Miranda Tcheutchoua (Lac St-Louis) et Catherina Blouin (Montréal) ont respectivement récolté l’or et l’argent.

Dimanche, Vanessa a conclu au cinquième rang du lancer du poids. Le podium a été composé d’Efe Latham (or), du Lac St-Louis, Maxime Dallaire (argent), de l’Abitibi-Témiscamingue, et d’Anne-Marie Gagnon (bronze), des Laurentides.

«Bientôt, je ne ferai plus de marteau. Je veux être meilleure aux poids et disque. Je n’avais pas d’attente de médailles cette année parce qu’ils ont retranché la catégorie cadette. Il y avait beaucoup de filles fortes physiquement et techniquement capables de nous rattraper», a-t-elle conclu.