/news/transports
Navigation

La Ville de Saint-Jérôme met 6000 automobilistes en colère

Des panneaux interdisant de tourner à droite ont été enlevés à deux reprises

route st-jérôme
Photo collaboration spéciale, Stéphane Sinclair Des automobilistes venant de Saint-Colomban en profitaient allègrement lundi pour tourner à droite sur la rue Lamontagne, à Saint-Jérôme, à la suite du vol de la signalisation qui interdit le virage à droite à cette intersection.

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Saint-Jérôme a soulevé la colère de 6000 automobilistes de Saint-Colomban et de Mirabel en voulant protéger la quiétude d’une cinquantaine de résidences.

Depuis quelques semaines, Saint-Jérôme interdit le virage à droite sur la rue Lamontagne en provenance de la route Saint-Nicolas, à la limite de Saint-Colomban et de Saint-Jérôme. Des citoyens de la rue Lamontagne se plaignaient de l’intense circulation.

Or, le maire de Saint-Jérôme a ainsi déclenché une partie de bras de fer avec les municipalités de Saint-Colomban et de Mirabel. En raison de cette décision, les automobilistes des deux villes voisines doivent faire un détour d’une quinzaine de minutes en heure de pointe pour accéder à l’autoroute 15, dans les Laurentides.

Panneaux retirés

La Ville de Saint-Colomban avait retiré les premiers panneaux installés par Saint-Jérôme parce que cette dernière les avait installés sur le territoire voisin. Ceux-ci ont été retirés une seconde fois la fin de semaine dernière. Les deux administrations nient les avoir enlevés, mais les panneaux n’y étaient plus lundi matin. Plusieurs citoyens interrogés lundi estiment que ce sont des résidents qui les ont retirés.

« J’en profite pour tourner, les panneaux ont disparu », explique Manon Morin, une des nombreuses citoyennes de Saint-Colomban qui rageaient contre la municipalité de Saint-Jérôme.

Le maire Stéphane Maher a fait installer les panneaux unilatéralement il y a deux mois. Or, la rue Lamontagne permet aux citoyens en provenance de Saint-Colomban et de Mirabel d’avoir un accès direct à l’échangeur de l’autoroute 15.

Détour de 15 minutes

« C’est ridicule, c’est en ligne droite avec l’accès à l’autoroute », dénonce Joanne Desmarais, qui habite aussi à Saint-Colomban.

Le détour ne fait que deux kilomètres, tout au plus, mais en heure de pointe, il représente plus de 15 minutes supplémentaires matin et soir pour les usagers.

« Nos citoyens se plaignent sans arrêt de la situation en raison du temps que cela représente. C’est plus de 15 minutes pour eux », a expliqué Maxime Dorais, porte-parole de la Ville de Saint-Colomban.

Selon Suzelle Côté, qui habite sur la rue Lamontagne depuis deux ans, personne ne respecte l’interdiction de tourner à droite.

Elle ajoute que la Ville de Saint-Jérôme a mené une opération policière pour avertir les automobilistes. Elle était très contente, car la circulation devant chez elle « est l’enfer ».

Le maire de Saint-Colomban, Xavier-Antoine Lalande, n’a pas voulu commenter avant une importante réunion, entre les directeurs généraux des deux villes, qui aura lieu mardi.

L’origine du problème

Saint-Jérôme a commandé, en 2005, une étude sur la circulation à la compagnie Cima. La rue Lamontagne, qui se trouve perpendiculaire à l’autoroute 15, devait être une artère principale.

Le ministère des Transports y a construit un échangeur en 2007 en se basant sur les résultats, mais la Ville n’a pas respecté la vocation de la rue prévue par l’étude, a confirmé Maxime Doyon-Laliberté, porte-parole à la Ville de Saint-Jérôme.

Le maire de Mirabel, Jean Bouchard, n’a pu réagir puisqu’il est en vacances.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.