/news/society
Navigation

Un 40e anniversaire tourne au cauchemar à Mont-Tremblant

Une famille perd 1400 $, car la compagnie qui lui avait loué un chalet a fait faillite

blueberry lake
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Des vacanciers se sentent lésés puisqu’ils ne peuvent profiter d’un chalet, qu’ils ont pourtant payé et réservé au printemps, parce que la compagnie a fait faillite.

Une famille de l’Outaouais a perdu 1386 $ pour un chalet réservé au début du mois de mai au Blueberry Lake Resort, près de Mont-Tremblant, et qui était inaccessible à leur arrivée sur les lieux, mercredi dernier.

La piscine des lieux étaient verte et les activités du site étaient inaccessibles.
Photo courtoisie
La piscine des lieux étaient verte et les activités du site étaient inaccessibles.

Les chalets et les équipements étaient visiblement laissés à l’abandon. Tous les sites d’activités étaient verrouillés, l’eau de la piscine était verte et l’herbe n’avait pas été coupée depuis plusieurs semaines.

En Colère

« Ça frise l’arnaque ! Tout était fermé. Il n’y avait personne à l’administration, personne pour nous répondre et en regardant par les fenêtres du chalet, rien n’avait été nettoyé », dit avec colère Jean-Maurice Roy, de Gatineau.

Jean-Maurice Roy, Jessica Charron et Louise Charron réclament à tout le moins le remboursement de leur réservation d’un chalet de la compagnie Blueberry Lake.
Photo collaboration spéciale, Pierre-Jean Séguin
Jean-Maurice Roy, Jessica Charron et Louise Charron réclament à tout le moins le remboursement de leur réservation d’un chalet de la compagnie Blueberry Lake.

Lui et les 10 membres de sa famille n’ont pu profiter de ce chalet qu’ils avaient réservé pour célébrer un 40e anniversaire de naissance.

Pourtant, le dernier paiement venait tout juste d’être prélevé sur la carte de crédit de sa nièce, Jessica Charron. Elle tente maintenant de se faire rembourser par la compagnie de sa carte de crédit.

« Le dernier paiement est passé deux semaines avant notre arrivée, au début juillet. Par contre, quand on regarde sur leur page Facebook, on se rend compte qu’ils sont en faillite depuis au moins juin », explique-t-elle.

Louise Charron déplore le manque de communication de l’entreprise et pense que la famille aurait pu au moins être avertie avant.

« À notre arrivée, ça avait l’air d’un village fantôme. C’est abandonné, je dirais, depuis plusieurs mois », a-t-elle dit.

D’autres consommateurs semblent aussi avoir été floués.

Sur la page Facebook de Delma Resort, l’entreprise qui chapeaute Blueberry Lake Resort, on peut lire les commentaires d’autres personnes qui ont vécu la même situation.

Faillite

Selon le registre des entreprises du Québec, la compagnie Blueberry Lake Villégiatures est en faillite. Rien n’est pourtant indiqué sur le site web de l’entreprise.

Le Journal a tenté de joindre la compagnie à plusieurs reprises lundi, sans succès. Le numéro de téléphone affiché sur le site internet n’est plus en service.

Dans leur malheur, les membres de la famille Roy-Charron de Gatineau ont tout de même eu de la chance. Ils ont rencontré un homme qui les a mis en contact avec un autre propriétaire de chalets situés à proximité, qui a pu les accommoder sur-le-champ.