/finance/business
Navigation

Tata Steel cesse ses opérations minières à Schefferville

Tata Steel cesse ses opérations minières à Schefferville
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La compagnie Tata Steel a complètement cessé ses opérations minières à Schefferville en plus de suspendre le transport du minerai et la construction de son usine de traitement dont la mise en service était prévue en octobre prochain.

La compagnie minière procédera mardi à l’évacuation complète du campement de travailleurs. Quelque 700 travailleurs, dont 125 membres des Premières Nations, sont touchés.

Tata Steel a pris ces décisions à la suite de l’installation d’une barricade par des Innus à la fin de la semaine dernière.

«C’est très sérieux sur le plan économique. Ça pénalise la communauté de Schefferville, ça pénalise les Premières Nations, ce qui est très difficile pour nous comme employeur. On essaie de comprendre les revendications qui sont exprimées par la communauté innue de Schefferville», a affirmé le vice-président aux affaires gouvernementales et relations publiques de Tata Steel, Armand MacKenzie.

Lors d’une rencontre entre la compagnie et les élus du Conseil des Innus de Matimekush-Lac John, lundi, la compagnie a demandé la levée de la barricade.

«Nous avons reçu une fin de non-recevoir», a indiqué Armand MacKenzie.

La compagnie entend toutefois poursuivre ses discussions avec le Conseil pour en arriver à une entente négociée. Elle exclut pour le moment de faire une demande d’injonction pour forcer les Innus à lever la barricade.

«Ce n’est pas dans l’esprit ni dans l’approche de Tata Steel.»

Tata Steel réfute les affirmations du Conseil de bande sur les redevances dues à la suite de la signature de l’entente de répercussions et avantages.

«Nous n’avons aucun paiement dû au Conseil de bande. Si (les élus) estiment avoir été lésés, nous leur avons proposé de nous suggérer un vérificateur indépendant que nous allons payer pour évaluer si effectivement des comptes sont dus. Mais jusqu’à présent, notre proposition n’a pas été acceptée.»

La compagnie affirme également être continuellement à l’écoute des préoccupations environnementales des Innus par le biais de rencontres hebdomadaires.