/news/society
Navigation

Des images explicites contre un abonnement au jeu Fortnite

Deux autres jeunes Québécois sont la cible des cyberprédateurs

Fortnite
Capture d'écran YouTube

Coup d'oeil sur cet article

L’intérêt des jeunes pour le jeu Fortnite a encore servi à des prédateurs sexuels pour approcher deux adolescents québécois.

La police de Sherbrooke enquête relativement à deux adolescents de 13 et 15 ans qui ont été contactés par un prédateur sexuel sur le réseau social Facebook, selon ce qu’a rapporté TVA Nouvelles.

Dans les deux cas, le suspect aurait offert un accès gratuit à Fortnite en prétendant être l’administrateur de la page de ce jeu en ligne de tir et de survie immensément populaire auprès des jeunes.

Il leur aurait demandé des photos de plus en plus explicites sous prétexte de vouloir vérifier leur identité. Le suspect aurait même usé de la menace pour parvenir à ses fins.

Les adolescents se sont toutefois aperçus du stratagème et ont refusé d’envoyer des photos à caractère pornographique.

L’adolescent de 13 ans a même communiqué de son propre chef l’information à la police alors qu’il était seul chez lui.

Même si le modus operandi est le même, la police ne peut dire si elle a affaire à un ou deux suspects pour le moment.

D’autres cas

Ces signalements surviennent alors que Le Journal rapportait, lundi, le cas d’un enfant de seulement 10 ans, dans la région de Lanaudière, ayant été approché par un prédateur sexuel sur le jeu Fortnite pour ensuite le convaincre de se dénuder et de prendre des positions érotiques devant la caméra.

Ces révélations incitent le Centre canadien de protection de l’enfance (CCPE) à lancer un appel à la vigilance aux parents. L’organisme affirme avoir lui-même reçu « quelques » signalements mettant en cause Fortnite à l’échelle du pays.

« Il y a clairement un risque, on le reconnaît. [...] La vigilance est de rigueur compte tenu des incidents qui se sont produits récemment. C’est sûr que de notre côté on va garder un œil plus attentif sur cette application-là », indique le porte-parole René Morin.

Selon lui, Fortnite pose problème parce qu’il est impossible de désactiver le clavardage par message texte entre les joueurs. Les parents n’ont donc aucun moyen d’empêcher la communication avec des étrangers.

Conseils

Le CCPE recommande aux parents de discuter des risques liés à la présence de personnes malveillantes sur ce jeu et sur internet en général, et d’assurer une surveillance plus étroite des activités numériques de leurs enfants.

Il serait aussi avisé d’éloigner les enfants âgés de moins de 13 ans de ce jeu, comme le recommande sa classification ESRB.