/finance/business
Navigation

Molson se lance dans l’industrie de la marijuana

Le brasseur veut offrir de «nouvelles expériences» aux consommateurs

Molson contrôlera la coentreprise créée avec Hexo. La commercialisation des produits comestibles à base de marijuana ne sera permise, au Canada, qu’à compter de 2019, mais le brasseur souhaite se positionner sans tarder afin de suivre la cadence.
Photomontage, Le Journal Molson contrôlera la coentreprise créée avec Hexo. La commercialisation des produits comestibles à base de marijuana ne sera permise, au Canada, qu’à compter de 2019, mais le brasseur souhaite se positionner sans tarder afin de suivre la cadence.

Coup d'oeil sur cet article

C’est maintenant officiel : Molson embarque dans le cannabis. Le brasseur montréalais s’associe au producteur de pot québécois Hexo pour créer une coentreprise qui se spécialisera dans les boissons non alcoolisées à base de cannabis.

L’idée est d’offrir « de nouvelles expériences aux consommateurs canadiens », lance le PDG de Molson Coors Canada, Frederic Landtmeters, au cours d’un entretien téléphonique avec Le Journal.

Molson contrôlera la future coentreprise avec des intérêts de 57,5 %, le reste allant à Hexo, une firme de Gatineau connue officiellement sous le nom d’Hydropothecary.

L’entente prévoit également que le brasseur deviendra actionnaire d’Hexo. À terme, il pourrait détenir jusqu’à 5% de la jeune entreprise. 

Sur les tablettes en 2019 ?

Le cannabis récréatif deviendra légal au Canada le 17 octobre, mais la vente de produits comestibles ne sera pas permise avant 2019. On ne sait pas encore si les boissons au pot porteront le nom Molson et si elles seront vendues dans les dépanneurs ou seulement dans les succursales de la Société québécoise du cannabis.

Pour Molson, il était important de se positionner sans tarder. « Le cannabis est une industrie qui va très vite ces jours-ci et nous avons essayé de suivre cette cadence », explique M. Landtmeters.

Rappelons que l’automne dernier, l’entreprise américaine Constellation Brands, qui commercialise la bière Corona aux États-Unis, a acquis une participation de 10 % dans le producteur canadien de cannabis Canopy Growth.

Puis en Californie, le géant néerlandais Heineken vient de lancer la boisson Lagunitas Hi-Fi Hops, qui contient du THC, l’une des substances actives du cannabis. En Ontario, la jeune entreprise Province Brands a obtenu une subvention de 300 000 $ pour mettre au point une boisson au cannabis « hautement enivrante ».

« Ça fait plus d’un an qu’on travaille sur la technologie », affirme Sébastien St-Louis, PDG d’Hexo. Selon lui, boire ou manger le cannabis est meilleur pour la santé que de le fumer. Hexo commercialise déjà des vaporisateurs sublinguaux et des « huiles intimes » à base de cannabis.

Délicat pour Molson

Pour Molson Coors, l’entrée dans ce nouveau marché n’est pas banale. L’un des deux sièges sociaux de l’entreprise est situé aux États-Unis, où le cannabis est illicite en vertu de la législation fédérale.

« Ce sont deux entreprises canadiennes qui forment une coentreprise canadienne qui va opérer en exclusivité au Canada, insiste Frederic Landtmeters. Il n’y a absolument aucune interaction avec les États-Unis. »