/news/consumer
Navigation

Une ferme de Saint-Ambroise propose une poutine aux bleuets

Elle réinvente la poutine depuis deux ans

poutine bleuets
Photo collaboration spéciale, Pierre-Alexandre Maltais Nathalie Rivard montre sa poutine aux bleuets sur ses terres où elle cultive des pommes de terre et des bleuets.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-AMBROISE | Une ferme du Saguenay–Lac-Saint-Jean offre pour la deuxième année un plat unique qui attire des centaines de touristes curieux de découvrir la poutine... aux bleuets. 

« De la poutine, on peut en manger partout, mais de la poutine aux bleuets comme la nôtre, c’est unique. Les gens viennent de partout pour y goûter », assure Nathalie Rivard, créatrice de ce plat inusité. 

Des touristes de partout au Québec, et d’aussi loin que la Chine, auraient déjà goûté à cette poutine à 7 $ qui met le petit fruit emblématique du Saguenay à l’honneur. 

« On voulait un produit différent. L’idée, c’est de goûter les bleuets frais dans la poutine. Ça goûte le ciel. Les gens sont vraiment curieux de venir essayer ça », assure la cultivatrice. 

Avec les champs de patates 

Copropriétaire de la Ferme Michel Rivard et fille avec son conjoint, Mme Rivard cultive des bleuets, mais principalement des patates depuis plus de 30 ans dans un rang de la petite municipalité de Saint-Ambroise entre Saguenay et Alma. 

Après qu’un feu eut ravagé les champs de patates au milieu des années 1970, les propriétaires se sont tournés vers les bleuets qui se sont mis à pousser tout d’un coup. 

« Au début, on n’en voulait pas autant, mais ça a tellement poussé que c’est devenu un paradis du bleuet ici. Maintenant, c’est sûr qu’on doit être les seuls à avoir un champ de patates en plein milieu de nos champs de bleuets », lance Nathalie Rivard. 

Sucrées salées 

L’an dernier, cette abondance du petit fruit bleu parmi les champs de pommes de terre a fait germer l’idée de jumeler les deux produits dans un plat que tout le monde connaît, mais qui n’avait été testé sous cette forme qu’une seule fois auparavant par un chef de Saint-Félicien au Lac-Saint-Jean. 

La poutine est complétée par une sauce aux bleuets et du fromage en grains. 

À l’été 2017, les producteurs se sont procuré des friteuses et ont ouvert un comptoir alimentaire qui a pignon sur rue en pleine campagne de Saint-Ambroise. 

Depuis, les Rivard estiment avoir servi au moins 1000 de ces poutines sucrées salées.