/news/consumer
Navigation

Attention à l’insalubrité alimentaire

Les Canadiens adoptent plusieurs mauvaises habitudes dans la cuisine qui mettent leur santé en danger

Coup d'oeil sur cet article

Rincer les volailles avant de les cuire ou mélanger des viandes crues et des aliments frais dans le sac d’épicerie. Les Canadiens adoptent encore de nombreux comportements insalubres avec leur nourriture, s’inquiètent les auteurs d’une étude.

Faut-il manger des œufs dont le jaune est coulant, notamment lorsqu’on est enceinte ? Est-ce sécuritaire de laisser décongeler la viande ou la volaille sur le comptoir à la température ambiante ? Est-ce recommandé de conserver des restes qui ont déjà été réchauffés une fois ?

Si vous avez répondu « oui » à une de ces questions, vous faites partie du nombre croissant de Canadiens présentant des comportements insalubres dans la cuisine qui augmentent votre risque d’intoxication alimentaire.

« Il y a matière à sensibilisation et à amélioration dans plusieurs domaines. Les répondants sont encore nombreux à manipuler, préparer et conserver les aliments de façon non sécuritaire », résument les auteurs de l’édition 2018 de l’Enquête sur les connaissances et les comportements des Canadiens en matière de salubrité alimentaire commandée par Santé Canada.

D’ailleurs, les Canadiens sont de plus en plus nombreux à adopter certaines habitudes malsaines. C’est particulièrement le cas chez les femmes enceintes et les personnes âgées, qui sont particulièrement à risque.

Lavage des mains

« La première chose qui m’étonne lorsque j’entre dans un commerce ou un restaurant est à quel point les gens ne se lavent pas assez fréquemment ou assez en profondeur les mains », commente Didier Girol, chef enseignant chez Hygiène et salubrité alimentaires inc.

Afin de s’assurer que les bonnes pratiques alimentaires deviennent la norme au Canada, il faut donc que le gouvernement fasse beaucoup plus d’éducation et de sensibilisation dans les médias et sur le web.

« Faute de messages soutenus sur la salubrité des aliments, il est probable que les consommateurs relâcheront leur vigilance, surtout pour les pratiques de salubrité alimentaire qui ne sont pas encore ancrées dans les habitudes », souligne l’étude.

« Il y a encore beaucoup de travail à faire auprès des Canadiens pour qu’ils apprennent les bonnes pratiques, mais les gens sont très intéressés par la matière lorsqu’on leur en parle », ajoute Stéphane Faucher, formateur chez le Groupe intervention santé.

Rincer la volaille avant de la faire cuire

Photo Fotolia
  • 62 % des Canadiens disent le faire
  • 39 % des femmes enceintes
  • 68 % des aînés

Il s’agit de l’une des pratiques « les plus inutiles et inutilement dangereuses » dans la cuisine, selon Didier Girol. « Les bactéries sur la viande vont mourir durant la cuisson, mais le rinçage fait qu’elles se propagent partout dans la cuisine à cause des éclaboussures d’eau, ce qui augmente le risque de contamination. »

Ne pas se laver les mains avec du savon avant de cuisiner

Photo Fotolia
  • 3 % des Canadiens disent le faire
  • 20 % des femmes enceintes
  • 10 % des aînés

Le lavage des mains est l’une des meilleures façons de se protéger contre les intoxications, mais le nombre de Canadiens qui prétendent « toujours » ou « parfois » le faire avant de cuisiner a reculé depuis 2010. « Les femmes enceintes [54 %] sont les moins susceptibles de dire qu’elles se lavent “toujours” les mains avant de préparer des aliments », ajoute le rapport.

Réchauffer plutôt que cuire complètement des produits de poulet panés et surgelés

Photo Fotolia
  • 35 % des Canadiens disent le faire
  • 41 % des femmes enceintes
  • 46 % des aînés

Il faut sensibiliser la population aux techniques de cuisson appropriées, dit l’étude. « Une proportion non négligeable [...] croit que ces produits sont précuits et qu’il suffit de les réchauffer. »

Décongeler la viande ou la volaille à la température ambiante

Photo Fotolia
  • 22 % des Canadiens disent le faire
  • 39 % des femmes enceintes
  • 24 % des aînés

Plus d’une personne sur cinq ne décongèle pas sa viande dans le frigo comme recommandé. Une statistique particulièrement « préoccupante », soulignent les experts et auteurs du rapport.

Mettre Des viandes crues et Des aliments frais dans le même sac

Photo Fotolia
  • 21 % des Canadiens disent le faire
  • 30 % des femmes enceintes
  • 17 % des aînés

« Cette pratique est très mauvaise, car il suffit qu’un tout petit peu de sang de viande ou de volaille crue tombe sur une tomate ou de la laitue sans qu’on le remarque pour qu’une personne soit infectée par la salmonelle ou une autre maladie », souligne le chef enseignant Didier Girol.

Source : Enquête sur les connaissances et les comportements des Canadiens en matière de salubrité alimentaire