/investigations
Navigation

À 2 mois des élections, les médias alternatifs ultraconservateurs inquiètent

Les producteurs de contenu ultraconservateurs sont de plus en plus présents au Québec, selon des experts

Coup d'oeil sur cet article

À deux mois de l’élection au Québec, le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence s’inquiète de l’avènement de petits médias alternatifs qui mélangent allègrement informations, opinions et théories du complot.

Aux États-Unis, les Breitbart, Alex Jones et compagnie sont régulièrement désignés comme ayant contribué à l’élection de Donald Trump.

Au Québec, des producteurs de contenus alternatifs qui s’en inspirent, particulièrement ceux qui s’expriment sur des thèmes comme l’islam, l’immigration tous azimuts et l’identité nationale gagnent en popularité. Leur essor s’effectue en parallèle avec celui de groupes identitaires comme Storm Alliance, La Meute et Atalante.

<b>Benjamin Ducol</b><br />
Chercheur
Photo courtoisie
Benjamin Ducol
Chercheur

« Au niveau international, c’est déjà une tendance, une grosse partie de l’élection de Trump s’est jouée avec cette question des médias alternatifs, constate Benjamin Ducol, responsable de la recherche au Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRV). Et aujourd’hui, le Québec se trouve face à ce phénomène. »

Pendant plusieurs semaines, l’équipe numérique de notre Bureau d’enquête s’est intéressée à ce phénomène. L’expérience nous a permis d’interroger des producteurs de ces contenus controversés et de débusquer des faussetés qu’ils véhiculent. Nous avons également pu interroger des adeptes de ces sources d’information et des chercheurs qui se penchent sur la question.

Surtout à droite

Les médias alternatifs publient sous plusieurs formes : textes d’apparence pseudo-journalistique, vidéos tournées sur des iPhone, ou chaînes YouTube aux allures de téléjournal.

Leurs producteurs se positionnent un peu partout sur le spectre politique. M. Ducol reconnaît la présence de certains médias de l’extrême gauche, mais affirme que la croissance la plus marquée tire vers la droite.

« Les médias alternatifs d’extrême gauche sont très peu nombreux et se manifestent principalement en marge de manifestations ou d’événements auxquels participent ses membres », dit-il.

Les médias alternatifs de droite tenteraient de « réinformer la population québécoise sur des réalités qui seraient cachées par les médias de masse », explique le chercheur, dont l’organisation est financée par Québec et la Ville de Montréal.

Bien que la plupart de ces producteurs de contenus rejettent l’étiquette d’extrême droite, M. Ducol souligne que l’approche et les thèmes abordés (immigration, islam, liberté d’expression) les y ramènent.

« Le concept de réinformation prend racine dans l’extrême droite », souligne-t-il.

Vulnérables

La consommation de ce type de média n’est pas un problème en soi, précise le chercheur, pourvu que les auditeurs aient un recul critique. Mais ce contenu peut devenir problématique auprès d’une clientèle plus vulnérable, qui n’a pas les outils pour déconstruire ce genre de discours.

« On retrouve dans les parcours de radicalisation ce genre de contenus à des niveaux assez élevés », dit-il.

Il prévient que ce contenu est habituellement un mélange d’opinions et de croyances, et non un travail journalistique.

« Ces gens-là n’ont pas de comptes à rendre à personne du point de vue de la vérité ou la non-vérité de ce qu’ils disent. »

Le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), Stéphane Giroux, confirme qu’aucun des producteurs de contenu cités dans ce reportage n’est reconnu par son organisation. Il rappelle qu’aucune loi n’empêche ces gens de publier sur internet.

« Mais s’ils veulent être membres [de la FPJQ], ils doivent prouver qu’ils font un travail journalistique légitime et qu’ils respectent un code de déontologie. Les publications super militantes ou qui ne produisent que de l’opinion ne sont pas admissibles », dit-il.

Selon la professeure de sciences politiques à l’Université Laval Aurélie Campana, plusieurs des informations publiées dans ces médias seraient carrément fausses, en plus de servir à « alimenter des stéréotypes et renforcer l’idée que le musulman, l’immigrant, le non-homme blanc sont l’ennemi qu’il faut cibler ».

Elle redoute que ces idées puissent se manifester en gestes ou crimes haineux.

« Ça pourrait, mais c’est du conditionnel, laisser penser à un individu qui a l’impression que rien n’est fait pour contrer les problèmes identifiés, que finalement c’est à lui d’agir. »

 

Qui sont-ils ?

Photo Chantal Poirier

Le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence surveille une bonne vingtaine de médias alternatifs au Québec. Ceux-ci existent uniquement sur le web et prennent plusieurs formes :

1. Des sites « pseudo journalistiques » qui reprennent les codes des médias traditionnels

2. Des Chaînes YouTube qui produisent des opinions ou des avis

3. Des Pages Facebook militantes qui produisent des contenus alternatifs ou réinterprètent des contenus de médias traditionnels

Au cours des dernières semaines, notre Bureau d’enquête s’est intéressé entre autres aux producteurs de contenus suivants :

  • Le site web Le Peuple
  • Le commentateur Stu Pitt
  • La chaîne YouTube Nomos.TV
  • Le média Dans mes souvenirs (DMS)
  • Le créateur de Dossier choc, Alex Parent
  • La youtubeuse Josée Rivard

Tous ont refusé de nous accorder une entrevue ou n’ont pas répondu, sauf Josée Rivard.

 

Insatisfaits des « vrais » médias

Qu’est-ce qui attire les internautes vers les médias alternatifs ? Nous l’avons demandé à plusieurs adeptes, dont certains ont requis l’anonymat sous prétexte que leurs proches n’approuvent pas leurs intérêts médiatiques.

« Les questions d’islam, d’immigration, la liberté d’expression, ce sont des questions que je trouve importantes, qui ne sont vraiment pas suffisamment débattues. Ce que je reproche aux médias traditionnels, c’est de faire comme si le populisme c’était une mauvaise chose. Le populisme [...], je ne trouve pas que c’est un mot qui est négatif en soi. » – Simon*, 39 ans

« Lorsque je veux savoir quelque chose, désolée, mais je ne lis pas votre journal ou je n’écoute pas TVA/Radio Canada. Le sujet principal du fait que je ne suive pas les médias québécois directement, c’est l’immigration de masse illégale, surtout à Lacolle. Une chance qu’il nous reste La Meute et Storm Alliance. » – Andrée, 39 ans

« Moi, je suis embarqué là-dedans quand j’ai vu sur Facebook ce qui se passait réellement et qu’on ne nous le disait pas aux nouvelles. Ça rentre à la frontière, c’est une passoire ! Ça rentre, et on ne sait pas c’est qui, est-ce un terroriste, un tueur, un violeur ? On ne le sait pas. Mais le gouvernement les prend et leur donne de l’argent. Ils vivent sur notre dos, la plupart ne travaillent pas, c’est nous qui payons ça. » – Maxime, 29 ans

« On le voit en Europe, les appels à la prière, il y a des places où les non-musulmans ne peuvent pas aller parce que c’est dangereux pour eux. Moi, je ne parle pas à travers mon chapeau, je le vois. Nos médias conventionnels ne parlent pas de ce qui se passe en Europe. » – Julie*, 70 ans


*Nom fictif

 

Moins qu’aux États-Unis

Photo AFP

Au Québec, ce genre de médias alternatifs n’attire encore qu’un petit pan de la population, loin d’atteindre les proportions observées en Europe et aux États-Unis.

Chez nos voisins du sud, le meilleur exemple de l’influence de ces producteurs de contenus est sûrement Alex Jones, et son site web Infowars. Un polémiste qui a passé la majorité de sa carrière à cracher des théories du complot pour un public marginal, Jones est devenu une véritable célébrité quand Donald Trump, alors candidat à la présidentielle américaine, s’est mis à lui accorder des entrevues. Sa page YouTube compte près de 2,5 millions d’abonnés.

Alex Jones, qui partage le dédain que le président américain porte aux médias de masse, est souvent crédité d’avoir aidé à faire élire la vedette de téléréalité.

 

Un enjeu pour la campagne électorale

Catherine Fournier (en haut à droite), du PQ, et Youri Chassin (en bas à droite), de la CAQ, ont donné des entrevues dans le studio du controversé polémiste Stu Pitt. Les vidéos ont été mises en ligne les 26 juillet et 29 mai derniers, respectivement.
Captures d’écran
Catherine Fournier (en haut à droite), du PQ, et Youri Chassin (en bas à droite), de la CAQ, ont donné des entrevues dans le studio du controversé polémiste Stu Pitt. Les vidéos ont été mises en ligne les 26 juillet et 29 mai derniers, respectivement.

Les candidats devraient y penser deux fois avant de collaborer avec les médias alternatifs pendant la campagne électorale provinciale, prévient un responsable du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence.

D’après Benjamin Ducol, il est naturel que les politiciens qui cherchent à atteindre un plus grand public envisagent de passer par ces médias.

« Mais à partir du moment où on accepte de rentrer comme un intervenant sur ces médias alternatifs, on leur donne une forme de crédibilité, explique-t-il. La question c’est : est-ce qu’on veut donner la même crédibilité à un journaliste professionnel et à quelqu’un qui produit du contenu. »

À ce jour, trois candidats d’envergure se sont déjà prêtés au jeu : Youri Chassin, de la Coalition avenir Québec dans Saint-Jérôme, Catherine Fournier, députée péquiste de Marie-Victorin, et Farida Sam, qui se présente pour le Parti québécois dans L’Acadie. Tous se sont entretenus avec des collaborateurs de l’animateur controversé Stu Pitt, dans le studio de celui-ci.

Droitisation

En se basant sur l’impact du phénomène en Europe et aux États-Unis, la professeure Aurélie Campana prédit une droitisation des débats publics.

« Les partis politiques traditionnels, pour couper l’herbe sous le pied de partis qui sont plus conservateurs et de ces groupes qui essaient d’influencer l’opinion publique, vont s’emparer d’un certain nombre de thèmes qui sont propres ou qui étaient considérés comme étant propres à l’extrême droite. »

Mais souvent, prévient-elle, cette tactique dérape, « et c’est par cette bande-là que ces groupes arrivent à exercer une influence sur les débats publics ».

 

Deux semaines à débusquer des mensonges véhiculés sur le web

Trois exemples de fausses nouvelles

Les experts en matière de radicalisation soulignent que le travail de journalistes professionnels fait l’objet de multiples vérifications, tandis que les producteurs de contenus alternatifs n’ont aucun compte à rendre. Notre incursion dans cet univers nous a permis de détecter de nombreuses fausses informations qui circulent sur ces plateformes. En voici trois exemples.

1. Stu Pitt

Capture d'écran

André Pitre, alias Stu Pitt, s’est taillé une place importante au sein des médias alternatifs québécois et accueille la majorité des grands joueurs de groupes identitaires à son « STU-dio », un plateau de tournage partiellement financé par des dons reçus de son public. Amateur de liberté d’expression, Stu Pitt martèle que les médias de masse colportent des mensonges et que les politiques d’immigration vont mener à de graves problèmes au Québec.

Déclaration trompeuse

Stu Pitt affirme qu’en Suède, l’immigration massive aurait augmenté la crimina­lité, menant à la création de no-go zones, des quartiers trop dangereux même pour les policiers. « Qu’est-ce que ça a donné en Europe, des politiques d’immigration illégale ou des fois légale sans cap ? Ça a donné la Suède, 53 no-go zones, capitale du viol », affirme-t-il dans une vidéo.

Les faits

La police suédoise affirme qu’aucune no-go zone n’existe dans ce pays. 

« Je ne sais pas d’où vient cette rumeur, a dit Angelica Vallgren, attachée de presse de l’Autorité policière suédoise, jointe par notre Bureau d’enquête. Les quartiers dont ils parlent ont beaucoup de pauvreté, de chômage et plusieurs immigrants y habitent, mais ce ne sont pas des quartiers dangereux. » 

Peo Hansen, un professeur de sciences politiques à l’Université Linköpings, en Suède, explique que le principe du no-go zone serait surtout une rumeur propagée par les partis politiques de droite, qui s’opposent à l’immigration. 

« En général, les taux de criminalité suédois ne sont pas en hausse, a-t-il ajouté. Si certaines catégories le sont, ce n’est certainement pas à cause des réfugiés ou de la migration. » 


2. Alex Parent

Capture d'écran

Alex Parent est le créateur des vidéos Dossier Choc, qui consistent en un condensé d’extraits de reportages traditionnels, accompagnés de textes acerbes. Ses topos et vidéos, qui mettent de l’avant plusieurs théories du complot, cumulent des millions de visionnements.

Déclaration trompeuse

Avec des mots à peine voilés, Alex Parent laisse entendre que le gouvernement nous cache la réelle identité de l’auteur allégué de l’attentat de Toronto, accusé d’avoir tué 10 piétons avec une fourgonnette en avril dernier.

« Quand l’attaquant de Toronto a été arrêté, il était chauve. Dans un sketch de cour différent dirigé par CNN, Alek Minassian ne ressemble pas du tout à la même personne, écrit-il. A-t-il reçu deux toupets tout à fait différents ? Portait-il une perruque chauve hier ? Nous devons nous demander ce que les autorités canadiennes tentent de cacher. » 

Les faits

Le directeur des communications de la police de Toronto, Mark Pugash, a refusé de commenter, sous prétexte que la théorie du complot était trop ridicule. 

En avril, cette rumeur a tellement circulé que plusieurs médias ont dû rétablir les faits. 

L’illustratrice judiciaire a aussi eu à se justifier. Celle-ci a expliqué à Radio-Canada qu’elle avait dû se presser pour faire son illustration et qu’elle avait tenté de démontrer que le suspect avait les cheveux très courts, mais très foncés. 

« Donc il y a une démarcation entre les cheveux et la peau », avait-elle défendu.  


3. Le peuple

Capture d'écran

LePeuple.ca est un journal en ligne qui offre sa propre interprétation de l’actualité, avec des articles qui se concentrent surtout sur l’économie, l’islam et les privilèges accordés aux immigrants. 

Déclaration trompeuse

Selon ce texte, « le secteur alimentaire du pays est en partie sous l’emprise de la certification halal » et les Frères musulmans nous « font » manger halal. L’auteur souligne que 80 % des aliments que l’on retrouve en épicerie « sont soit certifiés halal, donc selon les normes musulmanes, soit certifiés cachères, conformément aux lois hébraïques. » 

Les faits

Selon Khadiyatoulah Fall, titulaire de la chaire de recherche interculturelle de l’Université du Québec à Chicoutimi et une sommité en matière de culture halal, nos épiceries ne sont pas du tout sous l’emprise de l’industrie halal. Le chiffre de 80 % est un amalgame dont la part du lion est composée de nourriture cachère, avance-t-il. 

« En réalité, il faut parfois courir à droite et à gauche pour trouver de la bouffe halal. » 

Fall soutient que le marché du halal n’est pas dominé par les Frères musulmans, mais plutôt par des entreprises occidentales, comme Nestlé.

D’après Marcus A. Boyd, un recherchiste du National Consortium for the Study of Terrorism and Responses to Terrorism aux États-Unis, ce texte tente de faire valoir un argument qui n’est tout simplement pas vrai. 

« Cet article semble faire des liens ténus entre des organisations pour suggérer que l’achat de bouffe halal finance le terrorisme, ce qui est très peu probable. » 

 

Propos haineux

En analysant la présence web de plusieurs producteurs de contenus alternatifs, notre Bureau d’enquête a remarqué que certains d’entre eux véhiculent des propos haineux ou carrément violents.

DMS / Dans Mes Souvenirs

Capture d'écran

Géré par Maxime Morin et Guillaume Beauchamp, DMS ou Dans Mes Souvenirs est décrit comme un « média indépendant pour la diversité et la liberté de tous les peuples ». Certaines de leurs vidéos — surtout celles qui s’en prennent à la gauche et aux féministes — cumulent des dizaines de milliers de visionnements. Plus tôt cette année, une fuite du forum néonazi Montréal Storm a révélé l’identité de plusieurs de ses participants québécois, dont un membre qui dit être un des animateurs de DMS.

Ci-dessous, sur Twitter, Maxime Morin suggère que le mois de la fierté LGBTQ+ est plutôt le « mois de la pédophilie ».


Stu Pitt

Capture d'écran

Le commentateur y va ici d’un commentaire plutôt cru à propos du « privilège des hommes blancs », un concept véhiculé par plusieurs féministes : 

« Le seul privilège que j’ai, c’est de pouvoir uriner sur toi, ce que tu ne peux faire », a-t-il écrit sur Twitter en 2016.


Alex Parent

Capture d'écran

Contrarié par les publications de certains journalistes, Alex Parent a l’habitude de traiter ceux-ci de noms vulgaires que nous ne publierons pas dans nos pages. 

Ci-dessus, dans ce message public sur Facebook, il lance un appel à la violence contre la chroniqueuse Camille Lopez, du magazine L’Actualité. Celle-ci avait démenti un reportage d’Alex Parent (vu près d’un million de fois) qui prétendait que les médias avaient voulu cacher l’agression de l’animatrice ultraconservatrice Faith Goldy lors d’une manifestation. 

Parent encourage le public à « frapper » et « cracher dans la face » de Camille Lopez, affirmant que « c’est légal ».

 

Elle vise « les gens illettrés » dans ses vidéos

Capture d'écran

Figure populaire sur Facebook, Josée Rivard est reconnue pour ses tonitruants coups de gueule contre l’islam, le gouvernement ou les médias. Ses envolées acides filmées avec son téléphone cellulaire ont réussi à attirer l’attention de près de 27 000 abonnés.

« On en a plein le cul à travers le monde de vos calice de niaisages [sic]. Si vous n’êtes pas capable de vivre en société avec du monde qui vivent en liberté, ben retournez dans le calice de désert », dit Mme Rivard à l’intention des « calices de musulmans » dans une vidéo enregistrée il y a deux ans.

« Saigner des oreilles »

C’est une déclaration-choc, mais la nationaliste assumée explique à notre Bureau d’enquête que ses propos prennent racine (elle aime beaucoup le mot « racine ») dans un désir ardent de préserver sa culture. 

« Moi, quand je suis au Québec, je veux vivre comme une Québécoise et ne pas me faire imposer ce que je vivais en Tunisie. »

Mais que souhaite accomplir Mme Rivard au juste ? « Secouer la conscience », répond-elle.

« J’ai choisi de jouer dans le un-politically correct pour déranger la société, pour la sortir de sa léthargie de masse. C’est plate à dire, mais le monde aime saigner des oreilles. »

Un personnage

En entrevue à notre Bureau d’enquête, d’un ton posé aux antipodes de celui préconisé dans ses vidéos, Mme Rivard explique qu’à l’écran, elle joue un peu un personnage. Son public cible, admet-elle, est le Québécois peu éduqué. 

« Je savais que la clientèle que je toucherais, ça serait beaucoup les gens illettrés, la classe sociale la plus basse. »

Afin de « réveiller » son auditoire, Mme Rivard répète ad nauseam que les « merdias » de masse sont des menteurs. Elle met aussi de l’avant plusieurs théories controversées : elle croit au complot des chemtrails, qui veut que les traînées blanches que produisent les avions dans le ciel contiennent des produits chimiques destinés à contrôler la population. Elle soutient aussi que le gouvernement donne le cancer « à ceux qui en savent trop ».

Josée Rivard ne veut rien savoir des statistiques qui démontrent que le Québec est loin d’être en train de s’islamiser ni des rapports scientifiques qui contredisent ses propos complotistes. Elle préfère se fier à ses instincts. 

« Je n’ai pas besoin d’une recherche scientifique pour voir tout ça, tu n’as qu’à bouger un peu. »

En réflexion

Est-ce qu’elle pense que ses vidéos propagent la haine ou la désinformation ? Mme Rivard hésite. « Pas du tout », laisse-t-elle finalement tomber, avant de convenir que la vulnérabilité de son public cible fait en sorte que certains peuvent mal interpréter ses paroles.

Aujourd’hui, elle parle de Dieu, et avoue être en période de réflexion. 

« Là, je suis rendue au stade ou j’ai dérangé assez pour faire aussi du mal, et il faut ramener le bien. »

Quelques semaines après notre entrevue, Mme Rivard a surpris son public avec une vidéo en compagnie d’une blogueuse musulmane qui porte le voile, un coup d’éclat qui a déplu à plusieurs de ses fans.