/news/politics
Navigation

Québec 2018 - Les grandes batailles: lutte serrée dans Rosemont

À l'approche des élections provinciales du 1er octobre, Le Journal vous présente les circonscriptions où les luttes seront les plus chaudes

Coup d'oeil sur cet article

En plus de mener une campagne nationale, le chef péquiste Jean-François Lisée devra batailler ferme pour conserver son propre siège dans Rosemont cet automne face à la CAQ et QS, qui menacent de ravir sa circonscription.

Les trois partis sont au coude-à-coude dans ce comté du centre de l’île de Montréal, selon une projection de la répartition des sièges réalisée par l’analyste Bryan Breguet à partir d’un sondage LCN/Léger mené auprès de 3234 répondants en juin dernier.

Déjà, en 2014, Jean-François Lisée était passé bien près de perdre cette circonscription détenue par le Parti québécois depuis une vingtaine d’années. Il avait finalement obtenu une victoire à l’arraché, avec seulement 4 % d’avance sur son adversaire libéral.

Électorat multiple

Chose certaine, la bataille se fera sur le terrain des idées progressistes : au niveau municipal, Rosemont a été parmi les premiers arrondissements à élire un maire de Projet Montréal. Le territoire compte également de nombreuses familles de jeunes professionnels dans le secteur des Shops Angus, typiquement plus sensibles aux idées de gauche.

Ailleurs dans la circonscription, on retrouve plusieurs électeurs âgés vivant seuls et dans la pauvreté. Le tableau est complété par la présence de nombreuses communautés culturelles, particulièrement issues du Maghreb.

Grande séduction

Québec solidaire affirme que l’électorat est similaire aux comtés où le parti a fait élire ses premiers députés. Le parti y présente d’ailleurs son seul candidat-vedette à ce jour, l’ex-chroniqueur de La Presse Vincent Marissal.

La CAQ, elle, mise sur une candidate qui œuvre depuis près de 20 ans dans le milieu communautaire, Sonya Cormier. Si son parti parle peu de pauvreté, la candidate estime que les mesures que la CAQ propose en éducation, notamment la maternelle à 4 ans pour tous, aideront les électeurs défavorisés de Rosemont.

Parmi les grands enjeux locaux, les candidats soulignent le besoin d’agrandir les écoles de quartier.

Les candidats

Jean-François Lisée (Parti québécois)

  • 60 ans
  • Chef du Parti québécois
  • Ex-journaliste et auteur de nombreux essais
Photo d'archives, AGENCE QMI

« Il y a un grand enjeu de surpopulation des écoles ici. On aura des choses à annoncer sur l’accélération des projets d’agrandissement et de rénovation. 

Vincent Marissal (Québec solidaire)

  • 51 ans
  • Conseiller spécial en affaires publiques pour l’aile parlementaire de QS
  • Ex-chroniqueur à La Presse
Photo Pierre-Paul Poulin

«Rosemont a un bassin de population qui ressemble beaucoup aux circonscriptions voisines» où Québec solidaire a fait élire ses trois députés.

Sonya Cormier (Coalition avenir Québec)

  • 43 ans
  • Directrice de projet au Mouvement pour mettre fin à l’itinérance à Montréal
  • Ex-directrice des communications de Je compte MTL 2018
Photo Ben Pelosse

«La CAQ a le vent dans les voiles ; les gens veulent du changement, ils veulent des solutions pragmatiques.»

Agata La Rosa (Parti libéral du Québec)

  • 44 ans
  • Réceptionniste dans un cabinet en assurance de dommages
  • Née en Italie et mère de famille
Photo MARTIN ALARIE

«En tant que mère de deux jeunes enfants, je veux représenter les familles de Rosemont.»

Circonscription

  • Population totale en 2011 : 73 420
  • Revenu total médian des ménages : 47 858 $
  • Âge moyen : 41,4 ans