/weekend
Navigation

Béatrice Picard n’arrête pas

Béatrice Picard et Réal Bossé sur le plateau de tournage de la série <i>File 
d’attente</i> avec le réalisateur Martin Talbot.
Photo Jean-François Desgagnés Béatrice Picard et Réal Bossé sur le plateau de tournage de la série File d’attente avec le réalisateur Martin Talbot.

Coup d'oeil sur cet article

À 89 ans, Béatrice Picard ne manque pas de boulot. La comédienne est toujours très active professionnellement, même si on ne la voit pas beaucoup à la télé.

« Je n’arrête pas », a-t-elle admis, lors d’un entretien, sur le plateau de tournage de la série File d’attente. Une comédie dramatique qui fera ses débuts le 5 septembre, sur la chaîne Unis TV.

La comédienne qui exerce ce métier depuis 70 ans n’a pas du tout l’intention de prendre sa retraite.

« Je dis souvent, à la blague, que je vais faire du théâtre jusqu’à l’âge de 100 ans et sans être dans une chaise roulante. Je ne pense pas que ça va arriver, mais on ne sait jamais », a-t-elle laissé tomber en riant.

Béatrice Picard a choisi de lever un peu le pied, professionnellement, après avoir été victime d’un malaise, lors d’une représentation de la pièce de théâtre Harold et Maude en mai 2017.

Des techniciens de scène étaient venus à sa rescousse lorsqu’elle s’est mise à manquer de souffle et qu’elle a ressenti un serrement à la poitrine et qu’elle semblait sur le point de s’effondrer.

Elle a fait les deux dernières représentations, même si son médecin lui avait suggéré de prendre une pause. Les tests n’ont rien révélé d’anormal. La comédienne aurait été victime de fatigue accumulée.

« J’ai repris tranquillement depuis et ça va très bien. J’ai une bonne année et un peu moins occupée. Je fais moins des journées entières avec deux ou trois choses à la fois. J’essaie de calmer ça et de faire une seule chose », a-t-elle précisé.

Une nouvelle expérience

La comédienne est principalement occupée avec le théâtre. Elle fera partie de la distribution de la Buvette théâtrale qui présentera, en septembre, de courtes pièces inédites au bar Le Zaricot (Saint-Hyacinthe), aux Brasseurs du Moulin (Belœil) et à la Brasserie Dunham (Dunham).

« C’est une nouvelle expérience. Je n’ai jamais fait ça. J’aime beaucoup ça travailler avec des jeunes et je n’hésite pas à tenter de nouvelles expériences », a-t-elle fait remarquer.

Elle sera aussi, en avril et en mai, de la tournée de la pièce Maintenant je sais quelque chose que tu ne sais pas du Théâtre Bluff.

Béatrice Picard fait aussi des lectures lors desquelles elle récite, accompagnée d’un pianiste, des poèmes sur des musiques de Liszt et Chopin.

« Je pense que ça va être une bonne petite année », a-t-elle fait remarquer, ajoutant qu’elle devait retourner à Montréal après sa journée de tournage, afin de participer à une répétition le lendemain.

File d’attente

La comédienne qu’on a vue dans quelques épisodes de la première saison de District 31 fait de moins en moins de télé. On la verra dans un autre petit rôle, en septembre, dans la série File d’attente, produite par ComediHa !

La série s’intéresse aux tribulations de deux cellules familiales qui se croisent et se dévoilent à travers les files d’attente obligatoires.

Elle personnifiera Solange Bilodeau, une dame dotée d’une grande empathie, qui réconforte les gens qui se retrouvent prisonniers des files d’attente.

Béatrice Picard a adoré ses deux jours de tournage à Québec. Elle souhaite voir son personnage revenir dans une éventuelle deuxième saison.

« On travaille souvent trop vite en télévision et c’est ce qui m’a étonnée sur ce plateau de tournage. On prend le temps et on recommence tant que ce n’est pas comme il faut. Je ne suis plus capable des tournages où tout va trop vite et c’est pour cette raison que je faisais de moins en moins de télé. C’est fou, mais cette façon de procéder m’a comme réconciliée avec la télé. Si ça pouvait toujours être comme ça », a-t-elle laissé tomber, consciente que la réalité était souvent fort différente.


► La comédie dramatique File d’attente sera en ondes sur la chaîne Unis TV à partir du 5 septembre.