/weekend
Navigation

Ce qu’ils ont fait...

KA PI ICITA8ATC/Ce qu’ils ont fait
Photo courtoisie KA PI ICITA8ATC / Ce qu’ils ont fait
Bruno Sioui, Marguerite Mowatt-Gaudreau et Julie Mowatt
Éditions Carte Blanche

Coup d'oeil sur cet article

À la lecture de Ka Pi Icita8atc (Ce qu’ils ont fait), je demeure perplexe. En réalité, je ne sais plus que penser.

D’un côté, je suis horripilé à l’idée que des policiers de la Gendarmerie royale du Canada venaient chercher à leur domicile des jeunes en âge scolaire pour les emmener loin de leur famille, au pensionnat Saint-Marc-de-Figuery, au sud de la ville d’Amos, administré par la congrégation religieuse des Oblats, afin qu’ils soient scolarisés. D’un autre côté, on devrait se réjouir que l’éducation soit accessible à tout le monde, sans exception. Mais pas nécessairement de la façon que cela s’est fait.

La majorité des dix-sept anciens élèves de ce pensionnat, qui ont été interviewés pour les besoins de cette étude réalisée par des chercheurs autochtones, semblent tous avoir apprécié leur séjour de quatre, cinq et même dix ans dans cette institution, malgré la discipline sévère et certains abus dont on ne nous parle guère malheureusement.

Le but caché était d’assimiler rapidement les jeunes Autochtones, en faire de bons Blancs, qui parlent français ou anglais ailleurs au Canada. D’ailleurs, le rituel d’entrée au pensionnat ressemble fort à une entrée en prison. On te donne un numéro pour te faire oublier qui tu es, on te remet un uniforme en te quittant tes vêtements pour mieux briser ta personnalité, on te rase le crâne pour des raisons d’hygiène, on te sépare de la fratrie, on te classe selon le sexe, les gars avec les gars et les filles avec les filles, etc.

Traumatismes

Malgré un taux de réussite particulièrement élevé, « 95 % des Indiens d’âge scolaire du pays étaient scolarisés, en 1966-1967 », on décida de fermer ces pensionnats administrés par des religieux et de remettre le contrôle de l’éducation aux bandes amérindiennes. Certains pensionnats demeurèrent ouverts jusqu’en 1991, comme celui de Pointe-Bleue, « à la lumière des bons résultats scolaires obtenus par les jeunes Innus qui fréquentaient l’institution ». Il faut savoir que ce pensionnat embauchait du personnel majoritairement autochtone.

Cette expérience de scolarisation forcée loin des familles a entraîné immanquablement des traumatismes. L’une des élèves rappelle comment les religieuses lui ont tiré les oreilles au point de les lui arracher. Ces abus faisaient en sorte que plusieurs pensionnaires fuguaient et ce sont, encore une fois, les policiers qui les ramenaient au pensionnat.

Bien sûr, dans la majorité des cas, les parents étaient d’accord avec le projet éducatif. « Tu vas apprendre des choses que moi je ne peux pas te montrer. » Ou : « Si tu vas à l’école, tu vas savoir lire et écrire le français. » Ou encore : « Un jour, il va falloir que tu fasses autre chose que chasser pour faire vivre ta famille. » Mais ils étaient loin de se douter de ce qui se passait derrière ces portes closes. Et lorsqu’ils l’apprenaient, certains pères cherchaient à les sortir de force. Une des façons légales consistait à marier leur fille lorsqu’elle atteignait l’âge légal de seize ans.

Quoi qu’il en soit, il appert, malgré tout, que « le parcours de toutes ces personnes [les dix-sept élèves du pensionnat Saint-Marc-de-Figuery] fut orienté par leurs apprentissages scolaires ». Ils militent tous au sein de leurs communautés, entre Amos et Val-d’Or et sont fiers de contribuer au maintien de leur culture et de leur langue.