/lifestyle/food
Navigation

Un décès qui ébranle les chefs cuisiniers du Québec

Joël Robuchon est mort lundi d’un cancer à l’âge de 73 ans

Joël Robuchon a révolutionné la haute cuisine, selon ses pairs.
Photo d'archives, AFP Joël Robuchon a révolutionné la haute cuisine, selon ses pairs.

Coup d'oeil sur cet article

Le monde de la gastronomie a salué l’immense talent de Joël Robuchon, le chef le plus étoilé au monde, décédé d’un cancer lundi à Genève.

L’un des chefs les plus célèbres de la planète est mort à l’âge de 73 ans. Ses pairs parlent de lui comme un chef dur et exigeant, mais qui a révolutionné la haute cuisine.

À Québec, le chef Jean-Luc Boulay avait eu la chance d’apprendre de Joël Robuchon à la fin des années 1970.

« Nous perdons deux super ambassadeurs en peu de temps », a-t-il confié en référence au décès récent de Paul Bocuse en janvier 2018. « Il avait une minutie incroyable, le travail bien fait, le respect des produits et des réussites pratiquement impossibles à imiter sans les véritables produits. Des assiettes épurées, élégantes », se souvient Jean-Luc Boulay, très ému.

« Un génie »

Selon lui, Joël Robuchon avait caché sa maladie, même s’il paraissait amaigri lors de leur dernière rencontre, il y a quelques mois.

La fameuse purée de pommes de terre du chef Robuchon a aussi marqué les esprits et les palais. « C’était un génie du goût et des saveurs. Il pouvait marier le chou-fleur et le caviar. C’était un don. »

« Joël Robuchon, chef visionnaire et le plus étoilé au monde, nous quitte aujourd’hui. De Paris à Shanghai, son savoir-faire érigé en art a fait rayonner la gastronomie française et continuera d’inspirer la jeune génération de chefs », a écrit sur Twitter le porte-parole du gouvernement français, Benjamin Griveaux.

Pour l’auteure Andrea Jourdan, collaboratrice au Journal, Joël Robuchon pouvait calibrer des petits pois et tourner des patates avec la précision d’un tailleur de diamants.

« Sublimer le simple »

« Joël Robuchon m’a donné envie de passer le reste de ma vie dans une cuisine grâce à son calme, son élégance et sa vision d’une cuisine où l’on respecte la plus petite laitue et le plus vulgaire poireau. En quelques mots, il m’a appris à sublimer le simple », a témoigné la Québécoise native de Baie-Comeau, connue également pour ses boutiques gourmandes.

« L’élégance sans aucune extravagance, l’humilité au service de la grande cuisine ou comment voir notre terre de la plus délicieuse des manières : c’était Joël Robuchon. »

Pour sa part, Jean Soulard a souligné l’importante transmission du savoir du chef Robuchon.

« Il a pu décrocher une étoile dans un restaurant, mais il a réussi à avoir une constance dans tous ses restaurants. Il savait enseigner et transmettre son savoir, parce qu’on ne peut être partout à la fois. »

Joël Robuchon

  • Né le 7 avril 1945 à Poitiers
  • Chef cuisinier français
  • Fondateur d’un empire mondial de restaurants gastronomiques
  • Sa carrière a pris son envol en 1974 à l’hôtel Concorde Lafayette
  • Il détient le plus important palmarès avec 32 étoiles au Guide Michelin
  • Père de trois enfants