/opinion/columnists
Navigation

PQ: le tout pour le tout

Coup d'oeil sur cet article

Les gens qui connaissent Jean-François Lisée savent qu’il a un excellent sens de l’humour.

L’ex-collaborateur de L’actualité est-il tanné de passer pour un intellectuel « déconnecté de monsieur et madame Tout-le-monde » ?

Toujours est-il que c’est justement son côté givré que le chef du PQ a décidé de mettre à l’avant-plan lors de la prochaine campagne.

MIEUX VAUT EN RIRE

Il faut dire que monsieur Lisée n’avait pas tellement le choix.

Quand ton bateau coule de façon aussi spectaculaire, tu ne peux pas te présenter comme un super capitaine.

Il faut que tu fasses de l’autodérision. C’est la dernière bouée de sauvetage qu’il te reste.

C’est ce que le parti (aidé par la boîte de marketing Upperkut) a décidé de faire.

Les quatre affiches dévoilées samedi donnent le ton.

« La différence entre un péquiste et un dentiste ? Les deux en arrachent, mais travaillent pour votre bien. »

« Qu’est-ce qui est bleu et blanc et qui rebondit tout le temps ? Le PQ. »

« La différence entre un péquiste et votre connexion internet ? Le péquiste ne lâche jamais. »

« Le sport olympique auquel excelle un péquiste ? Le saut à obstacles. »

Il y a deux façons de réagir à ces affiches.

1) Wow, c’est fabuleux, au lieu de s’enfouir la tête dans le sable et de faire comme si tout allait très bien, Madame la Marquise, le PQ fait face aux difficultés et reconnaît qu’il est en mauvaise posture.

2) Au lieu de profiter de l’accalmie estivale pour faire oublier les derniers sondages, le PQ monte sur une chaise, empoigne un porte-voix et rappelle à ceux qui ne s’en souvenaient pas à quel point il est dans la « chnoute ».

Personnellement, j’aurais tendance à choisir la deuxième réaction.

UN HOMME À LA HAUTEUR

C’est comme si Éric Salvail revenait à la barre d’une émission télé et que le slogan publicitaire était : « C’est encore plus gros que ce que vous pensiez ! »

Ou bien : « Il va dépasser les autres d’une verge ! »

Ou si on demandait à François Bugingo d’animer Des squelettes dans le placard ou une émission d’affaires publiques intitulée Comme si vous y étiez !

Oui, c’est drôle, mais pas sûr que ça passerait...

Avez-vous vu le film Un homme à la hauteur ?

Dans cette superbe comédie romantique, Jean Dujardin joue le rôle d’un homme qui a la taille d’un enfant de 10 ans. Pourtant, le gars est un séducteur invétéré qui fait tomber toutes les femmes.

Pourquoi ? Parce qu’il a une immense confiance en lui (comme c’est souvent le cas chez les hommes de petite taille).

Et, surtout, parce que jamais au grand jamais il ne fait référence à sa taille. Il se comporte comme s’il mesurait 6 pieds 2 pouces.

Et savez-vous quoi ? Le gars est tellement convaincant que les femmes finissent par le croire.

VIVE LES PERDANTS !

Or, dans ses affiches, Jean-François Lisée ne cesse de rappeler à quel point son parti traîne la patte dans les sondages.

« Hé, as-tu vu ? Je suis vraiment petit, hein ? »

Qui sait ? Les Québécois aiment tellement les perdants qu’ils vont peut-être tomber sous le charme.