/sports/opinion/columnists
Navigation

Une transaction discutable

SPO-BBO-BBA-BBN-TORONTO-BLUE-JAYS-V-BALTIMORE-ORIOLES
Photo d’archives Roberto Osuna, à l’époque où il portait encore l’uniforme des Blue Jays.

Coup d'oeil sur cet article

Les Astros de Houston ont vraiment une belle équipe. Et cette saison, les champions en titre de la Série mondiale sont encore meilleurs que l’an dernier.

Présentement en tête de la section Ouest de la Ligue américaine, les Astros sont très bien placés pour faire un bon bout en éliminatoires. Les raisons sont nombreuses.

Les Astros peuvent compter sur un très bon personnel de lanceurs partants, une excellente attaque et un savant mélange de jeunes joueurs et de vétérans établis. C’est une superbe formation qui joue au baseball de la bonne façon.

Le gérant A. J. Hinch est l’une des meilleures têtes de baseball au monde.

Une des choses qui m’impressionne le plus de cette formation est la chimie qui règne dans le vestiaire. Les Astros ont une formation tissée très serrée.

C’est un groupe d’hommes qui m’avait tellement impressionné l’an dernier alors que la ville de Houston et ses citoyens subissaient les ravages de l’ouragan Harvey et que 88 personnes avaient perdu la vie. Les inondations étaient tellement sévères que des dizaines de milliers de personnes avaient dû être logées dans plus de 2000 hôtels dans 33 États américains.

Rappelez-vous que les Astros avaient même dû disputer quelques matchs « locaux » à Tampa. Les joueurs avaient passé près de deux semaines sur la route loin de leurs familles et de leur communauté alors qu’on essayait de survivre avant d’entamer le processus de nettoyage et de reconstruction à Houston. L’organisation des Astros avait été incroyable, aidant grandement la population avec un leadership hors pair et, ultimement, une victoire en Série mondiale, tel un baume sur les plaies.

Et voilà Osuna...

Pourquoi je vous parle de tout ça ? Car les Astros ont fait une transaction que je ne comprends pas.

La semaine dernière, à la date limite des échanges, ils ont transigé avec les Blue Jays pour le releveur Roberto Osuna. Celui-ci est un excellent lanceur et du côté baseball, il sera sûrement en mesure d’aider les Astros en fin de match. Mais à quel prix ? Quel effet aura cette transaction sur la chimie dans le vestiaire ?

Osuna vient de purger une suspension de 75 matchs pour avoir enfreint la politique de violence conjugale des Ligues majeures. Il avait été arrêté au mois de mai à Toronto et doit passer devant un juge de la Ville Reine le 5 septembre.

Je ne connais pas personnellement Osuna et je ne connais pas les détails précis qui ont mené à son arrestation et aux accusations qui sont portées contre lui. Par contre, je connais un peu la façon de procéder du baseball majeur. Les responsables n’auraient pas octroyé une suspension majeure de 75 matchs sans avoir de l’information incriminante.

Tolérance zéro

Plus tôt cette saison, les Astros avaient clairement indiqué la tolérance zéro pour toute forme de violence conjugale. Quelques leaders de cette équipe avaient été sans pitié pour un jeune espoir de l’organisation qui avait été violent avec sa conjointe lors du camp d’entraînement.

La réaction de Justin Verlander sur son compte Twitter en disait long : « Va te faire foutre man, je souhaite que le reste de ta vie sans baseball soit horrible. Tu mérites tout ce qui t’arrivera ! »

Son coéquipier Lance McCullers fils avait ajouté : « La violence conjugale est toujours brutale, c’est dégueulasse, nous devons nous battre pour protéger les victimes, vidéo ou non. Ce gars-là mérite d’être en prison. »

Il n’y a personne de parfait et Roberto Osuna n’a pas encore été condamné, mais son intégration dans le vestiaire des Astros fait énormément jaser ainsi que la définition de tolérance zéro pour certaines équipes du baseball majeur. Tolérance zéro à moins que le joueur puisse nous aider à remporter des matchs ? Je trouve ça triste.