/news/society
Navigation

Couillard ouvert à une loi sur les CA

Le PM veut une plus grande place pour les minorités

ARG-CAE-INVESTISSEMENT
Photo Joël Lemay, Agence QMi Phillippe Couillard a commenté, mercredi, le dossier de la représentation des minorités au sein des CA des sociétés d’État en marge d’une annonce d’investissement chez CAE.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Philippe Couillard se dit prêt à aller jusqu’à l’adoption d’une loi pour accroître la diversité culturelle au sein des conseils d’administration des sociétés d’État.

« J’appuie tout ce qu’on peut faire pour faire en sorte que nos sociétés d’État soient un reflet de la réalité de notre société », a-t-il déclaré mercredi au cours d’une conférence de presse tenue dans les installations de l’entreprise CAE, à Montréal.

M. Couillard n’a toutefois pas voulu dire s’il comptait en faire une promesse électorale du Parti libéral.

La législation québécoise exige déjà que les membres des minorités visibles soient représentés au sein des institutions publiques, a-t-il noté. De plus, c’est le gouvernement qui a la responsabilité d’entériner les nominations des administrateurs des sociétés d’État.

Or, Le Journal vient de mettre en lumière le fait qu’aucune personne des minorités visibles ne siège aux conseils d’administration de la Caisse de dépôt et placement, d’Hydro-Québec et de Loto-Québec. Il y en a une chez Investissement Québec.

Volte-face d’Anglade

Plus tôt mercredi, la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, avait changé son fusil d’épaule en se montrant désormais ouverte à l’adoption d’une loi pour favoriser une plus grande diversité culturelle au sein des organes de supervision des sociétés d’État.

« Une loi ? Je ne sais pas si on est rendus là, mais je crois qu’il ne faut pas l’exclure. Ç’a démontré par le passé que ça donnait des résultats », a-t-elle affirmé en entrevue à la radio de Radio-Canada, mercredi matin.

Mme Anglade faisait allusion à la loi qui oblige depuis 2006 les sociétés d’État à respecter la parité hommes-femmes au sein de leurs conseils d’administration.

En entrevue au Journal il y a quelques jours, la ministre avait pourtant dit ne pas savoir « si on est rendus à passer une loi ».

Plus d’un million de Québécois font partie des minorités visibles, soit 13 % de la population.