/entertainment/comedy
Navigation

Des piments forts toujours populaires

La célèbre émission revit au ComediHa! Fest-Québec

Coup d'oeil sur cet article

Une ambiance festive, un Ha!ngar rempli à pleine capacité, quelques bons gags, certains plus irrévérencieux et d’autres qui tombent à plat, la célèbre émission Piment Fort revient à la vie à l’occasion du ComediHa! Fest – Québec.

Les amateurs étaient nombreux et ils formaient une longue file avant l’ouverture des portes de cette salle inusitée, fabriquée avec des conteneurs jaunes et mauves, construite sur le site de Place George-V.

Le concept de cette émission de télé qui a été en ondes entre 1993 et 2001 et qui a fait un retour en 2016 et 2017, est encore fort populaire et plusieurs détenteurs de laissez-passer réguliers qui souhaitaient entrer se sont cognés le nez sur la porte.

Pour cette deuxième de neuf soirées Piment Fort, Normand Brathwaite accueillait Vincent Léonard et Sébastien Dubé, des Denis Drolet et Jean-Thomas Jobin.

Les piments rouges sont bien en évidence dans un plat, les spectateurs ont leurs cartes jaunes, vertes et rouges pour voter et Normand Brathwaite enfile toute sorte de chapeaux, tous aussi ridicules les uns que les autres.

Les invités inventent des slogans farfelus et méchants sur les résidences de personnes âgées (un cinq étoiles qui sent l’odeur de la mort imminente lance Jean-Thomas Jobin), les cliniques vétérinaires (l’endroit où secrètement, on aime ça euthanasier les animaux, indique Vincent Léonard) et le village du Père Noël (Là on l’enfance vient pour mourir, ajoute le Denis Drolet barbu).

Questionné sur la pire phrase dite par un animateur de télé, Vincent Léonard, lance la célèbre expression « C’est chaud, c’est chaud, c’est chaud... ». Une phrase scandée par le public qui n’a pas oublié ce classique.

La pire phrase dite par un employé de l’hôtel voisin, le Château Laurier, serait, indique Brathwaite, « tu n’as pas le temps de changer les draps, met du Febreeze, ça fait pareil. »

Invité à trouver le pire jeu de mots pour un concessionnaire automobile, Jean-Thomas Jobin a proposé Mariana Mazda.

L’animateur a été le souffre-douleur des trois participants à quelques occasions. Lors du jeu Enfantillages, où il fallait expliquer certains mots, comme on le ferait à un enfant, Normand Brathwaite demande de définir la nostalgie.

« C’est le pas de vie qui a décidé de ramener Piment Fort », a lancé Vincent Léonard, faisant éclater de rire les quelque 200 spectateurs présents.

L’animateur a pris soin d’expliquer ce jeu en parlant du Prix Nobel, soit quelque chose que tu n’auras jamais si tu te tiens au Dagobert.

Sébastien Dubé a été le meilleur

Sur la définition de l’échangisme, Sébastien Dubé a rappelé à l’animateur qu’il savait très bien ce que ça voulait dire. « Tu sais, dans le temps, moi, Johanne, toi et Vincent », a-t-il dit.

À la question, C’est qui Normand Brathwaite?, Vincent Léonard a déclenché une autre salve de rires en disant que c’était un comédien qui a plafonné durant l’aventure Pied de poule.

On ne sait pas si l’animateur a été déstabilisé par cette déclaration, mais il a mis un terme à la représentation, croyant qu’elle était terminée. Il a ensuite rappelé les gens en réalisant qu’il avait oublié un jeu.

Comme il était souvent le cas lors de l’émission télé, on retrouve des bons gags et d’autres qui tombent à plat. Hier, Sébastien Dubé a été le meilleur du quatuor, reprochant aux autres de ne pas être assez « thrash ».

L’animateur et ses trois invités n’ont pas été trop « chiens », malgré quelques flèches tirées en direction de Safia Nolin, Anne-Marie Losique, Denis Léveque, Patrice Brisebois et Kaïn.

« De quelle façon on cruise Safia Nolin? », a demandé Normand Brathwaite.

«Je ne la cruise juste pas », a répondu Jean-Thomas Jobin.

Les différents gags formulés par l’animateur et ses invités n’ont pas dépassé les limites. Il y a eu, bien sûr, quelques visites sous la ceinture, qui ont amené quelques bons gags.

« De quelle façon pourrait-on expliquer la dysfonction érectile à une enfant? », demande Brathwaite.

« C’est la différence entre un pogo au four et un pogo cuit au micro-ondes », a lancé Sébastien Dubé.


♦ Piment Fort est présenté les 10, 12, 15, 16, 17, 18 et 19 août, à 20h45, au Ha!ngar de Place George-V. Le laissez-passer régulier est requis.