/finance/business
Navigation

Difficile coup de barre pour Pages Jaunes

Coup d'oeil sur cet article

Pages Jaunes a dévoilé jeudi des revenus de 163,2 millions de dollars au deuxième trimestre de 2018, une baisse de 30,3 M$ ou 15,7 % par rapport à la même période l'an dernier.

La société établie à Montréal explique cette diminution par la baisse des produits tirés des médias, des solutions numériques et des médias imprimés dans tous les secteurs, sauf dans le secteur immobilier qui a quant à lui enregistré une hausse de 3,6 % au deuxième trimestre.

Les revenus du premier semestre de l’année ont également fléchi, s'élevant à 322,5 M$ par rapport à 373,7 M$ pour la même période l’an dernier.

«Les résultats financiers de ce trimestre reflètent les efforts que nous [faisons pour harmoniser] nos dépenses et [...] nos produits, pour la cession des entreprises et l’élimination des produits qui n’étaient pas rentables ou synergiques [en vue] d’une croissance rentable pour l’avenir», a déclaré David A. Eckert, président et chef de la direction de Pages Jaunes.

Le BAIIA ajusté a augmenté de 7,3 M$ pour s’établir à 57,2 M$ au cours du deuxième trimestre, ce qui, selon la société, est le résultat de réductions dans la structure de coûts, incluant des réductions de main-d’œuvre et de charges connexes liées aux employés, d'espaces de bureaux et d'autres dépenses.

«Nous sommes heureux que notre Société ait déclaré, pour la première fois en six ans, une augmentation du BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement pendant deux trimestres consécutifs», a ajouté M. Eckert.

En janvier dernier, la société avait annoncé la suppression de 500 postes à l’échelle du pays, soit environ 18 % des effectifs.

En ce qui concerne le bénéfice net, il a atteint 16,6 M$ au deuxième trimestre de 2018, comparativement à 2,4 M$ pour la même période l’an dernier, pour un bénéfice dilué de 0,56 $ par action.

Le nombre de clients desservis par Pages Jaunes, une entreprise qui, autrefois connue pour ses bottins téléphoniques, a pris un virage radical vers le numérique, est passé de 236 500 à 209 100 en un an.