/sports/racing
Navigation

«Je vais mettre mes clignotants quand je vais le doubler»

Le maire Yves Lévesque confiant de battre Michel Barrette au GP de Trois-Rivières

Yves Lévesque
Photo Louis Butcher Le maire Yves Lévesque a livré un message clair à l’humoriste Michel Barrette jeudi devant l’hôtel de ville de Trois-Rivières.

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | L’enjeu est important pour le maire Yves Lévesque et l’humoriste Michel Barrette en fin de semaine au Grand Prix de Trois-Rivières.

Les deux personnalités s’affronteront en Coupe Nissan Micra et celui qui terminera derrière l’autre devra aller couper le gazon du parc Champlain devant l’hôtel de ville la semaine prochaine.

Pas avec une tondeuse mécanique, mais une tondeuse « à bras » comme dans le bon vieux temps.

C’est le maire de Trois-Rivières qui a mis le feu aux poudres l’an dernier après la participation de l’humoriste au GP3R.

« Je lui ai dit après sa course, a raconté Lévesque en entrevue au Journal jeudi, qu’il a beau être un grand collectionneur et un conteur d’histoires hors pair, il est pourri comme pilote de course. »

Barrette a été piqué au vif. Tellement qu’avant d’entreprendre son spectacle donné dans le Vieux-Port de Trois-Rivières l’année dernière, il a lancé un défi au maire sur la scène.

« Qu’il vienne m’affronter sur la piste, a lancé Barrette. Le perdant devra aller couper le gazon. Monsieur le maire est mieux d’avoir de bons mollets parce qu’il va souffrir, croyez-moi... »

Dans la rue

Lévesque n’était pas au courant des déclarations incendiaires de Barrette.

« Je n’ai pas assisté à sa prestation, a poursuivi Lévesque, mais en me baladant dans la rue par la suite, des gens sont venus me dire que j’allais couper le gazon avec une tondeuse à bras. J’ignorais tout, avant qu’on m’explique la situation. »

Lévesque a accepté le défi.

« Ce n’était pas mon intention de courir au Grand Prix cette année, dit-il, mais il m’a nargué par ses propos. Je pensais que le dossier était clos, mais votre manchette dans Le Journal de Montréal en juin est venue relancer le débat. Il avait alors déclaré qu’il allait me sacrer une volée. »

« Michel et moi avons plusieurs points en commun, affirme-t-il. Nous avons le même âge [61 ans], nous sommes fiers et surtout très orgueilleux. »

« Tasse-toi... j’arrive »

Ils sont aussi très rebelles derrière un volant et pas seulement celui d’une voiture de course.

« J’ai perdu mon permis de conduire, d’avouer Lévesque, et lui aussi. On va savoir une fois pour toutes qui est le meilleur. Moi, je deviens malade à bord d’une voiture, renchérit-il. Il va savoir qui je suis. »

La Coupe Nissan Micra est une série monotype qui regroupe des voitures identiques et dont les caractéristiques sont très semblables à la voiture que vous pouvez acheter chez un concessionnaire.

« Je vais mettre mes clignotants quand je vais le doubler, de lancer Lévesque. Pour lui dire de se tasser, car j’arrive... »

Les conseils du champion

Lévesque a participé à une séance d’entraînement en début de semaine au circuit de Sanair pour se familiariser avec son bolide d’un week-end.

« Je pense que ça s’est bien passé, relate-t-il. J’ai pu bénéficier des conseils du champion de la série, Olivier Bédard, et j’ai pu progressivement améliorer mes chronos. »

Le maire de Trois-Rivières aurait souhaité comparer ses temps avec ceux de Barrette, mais les responsables de Sanair n’ont pas voulu dévoiler les résultats de l’humoriste.

« Je pense qu’ils ont un parti pris pour Michel... Mais c’est sur la piste qu’on va régler le tout. »

 

Mes deux fils vont rouler loin devant lui » – Michel Barrette

Michel Barrette
Photo courtoisie
Michel Barrette

Yves Lévesque n’aura pas la tâche facile au Grand Prix de Trois-Rivières puisqu’il devra non seulement affronter Michel Barrette, mais aussi les deux fils de l’humoriste, Martin et Nicolas.

« J’espère qu’ils ne viendront pas se mêler aux débats, d’espérer Lévesque. Mais Michel m’a clairement dit qu’ils ne viendront pas me gêner. Ça reste à voir. Vous savez, la famille, c’est fort.

« Je le répète, tout va se jouer sur la piste. Et croyez-moi, ça ne sera pas beau. Il risque de nous rester que le volant entre les mains. On va franchir le fil d’arrivée en roulant comme les Pierreafeu, tellement nos voitures seront amochées. »

La riposte de Barrette ne s’est pas fait attendre.

« Pourquoi devrait-il s’inquiéter ? Mes deux fils vont rouler loin devant lui. Ils vont lui prendre un tour... Ça ne sera même pas drôle. »

En furie contre la radio locale

Lévesque doit sa participation à la contribution de commanditaires qui ont accepté de l’appuyer pour son aventure en course. L’un d’eux est la station de radio locale.

« Michel est branché partout, reconnaît Lévesque. Mais là, je me rends compte qu’un de mes commanditaires, le FM 106,9, lui donne du temps d’antenne à tour de bras pour avoir la faveur populaire.

« J’ai même su que Michel allait livrer du poulet vendredi dans le cadre d’une promotion avec les Rôtisseries Fusée. On n’arrête pas d’en parler à la radio.

« Là, Michel va trop loin. Il tente de m’intimider dans mon propre patelin et ça, je ne le prends pas. Il joue dans ma cour.

« Plus la semaine avance, plus je ne suis pas le favori. Mais je sais aussi qu’il est de plus en plus nerveux. Il s’est entraîné sans le dire à personne pour ne pas perdre la face. Il sent la soupe chaude. »

Deux courses

Deux courses Micra seront présentées en fin de semaine sur le tracé urbain de la Mauricie.

« On n’a pas encore évalué la façon de déterminer un gagnant, de souligner Lévesque, puisqu’il y aura deux courses. Mais il n’y aura pas de débat, si vous voulez mon avis. Mon but, c’est de le devancer à chaque fois et c’est ce qui va arriver. »


La dernière (et seule participation) du maire au Grand Prix de Trois-Rivières remonte à 2004 où il avait pris part aux deux épreuves pour voitures de tourisme. Son meilleur résultat avait été une 14e place à bord de sa Honda Civic.