/opinion/columnists
Navigation

La leçon Quevillon

Coup d'oeil sur cet article

Au moment où vous lisez ceci, il est probablement en train de se préparer pour une ronde avec son grand ami Serge Savard à la Vallée-du-Richelieu. Si vous aimez le golf, je vous souhaite d’avoir la chance un jour de jouer avec Steve Quevillon, un phénomène extraordinaire. En 1984, dans un accident de voiture, il a perdu la presque totalité de l’usage de ses jambes. Aujourd’hui, il figure parmi les meilleurs golfeurs à un bras en Amérique du Nord et même au monde. Un gars de Saint-Lambert joyeux et débordant d’enthousiasme qui, dans un match mardi, a sorti un 78 (42-36) sur les parcours Saint-Bernard et Champlain de Lacolle. Il marche péniblement à l’aide de deux béquilles vers le tertre de départ. Il en dépose une par terre et il se tient uniquement sur l’autre. L’adresse à sa balle est ardue. C’est à peine s’il tient en équilibre quand il s’installe, mais lorsqu’il atteint une certaine stabilité, son bras droit décrit un arc parfait et il catapulte la balle à plus de 200 verges. Phénoménal et impressionnant. Il ramasse sa béquille et revient vers le kart tout sourire. T’en as des frissons.

Comme une star

Ses coups d’approche sont sidérants et il putt comme un dieu.

Steve Quevillon, c’est une leçon de vie. Maintenant retraité du milieu bancaire, il est passionné de son sport et son analyse biomécanique peut aider n’importe quel sportif. Il pourrait enseigner, mais pas une main dans le dos. C’est un bel homme aux yeux pétillants qui mord dans la vie à vous rendre jaloux. Dans un petit tournoi amical et privé avec les gens de la sécurité de la boxe au Québec, Steve a ébahi tout le monde et il s’est fait des amis pour longtemps... dont moi icitte.

En vrac

  • « Le Canada est fier que les Desmarais et Stroll aient acheté Force India et j’ai bien fait de garder mes déguisements. » (Justin)
  • « Parfait. Nos tiques tueuses sont arrivées aux États-Unis. » (Kim Jong-un)
  • Soirée mathématique : Aller en quatre par quatre dans un cinq à sept deux pour un.
  • La minute la plus longue c’est quand tu es du mauvais côté de la porte de la salle de bain.

À demain

Chanson de canicule : Une chance qu’on sue.