/news/transports
Navigation

La victime était un pompier modèle

En endossant l’uniforme, celui qui collectionnait casques et camions miniatures avait réalisé son rêve d’enfant

Alexandre Tardif était connu pour son sang-froid lorsqu’il combattait le feu.
Camille Dandurand photographie Alexandre Tardif était connu pour son sang-froid lorsqu’il combattait le feu.

Coup d'oeil sur cet article

L’homme de 29 ans décédé dans un accident d’automobile à Mirabel mardi était un pompier exemplaire réputé pour son dévouement, soulignent ses collègues atterrés par son départ.

C’est en se rendant en voiture à son travail dans une usine de fenêtres de Mirabel, mardi matin, qu’Alexandre Tardif a trouvé la mort dans une collision.

La voiture d’Alexandre Tardif (l’automobile noire) est entrée en collision avec un autre véhicule sur la côte Saint-Pierre, mardi matin. L’homme de 29 ans est mort peu après de ses blessures.
Photo d'archives Agence QMI
La voiture d’Alexandre Tardif (l’automobile noire) est entrée en collision avec un autre véhicule sur la côte Saint-Pierre, mardi matin. L’homme de 29 ans est mort peu après de ses blessures.

L’accident, qui s’est produit vers 6 h sur la côte Saint-Pierre, impliquait trois véhicules. Il pourrait avoir été causé par une tentative de dépassement échouée de l’un des conducteurs. Mais les circonstances précises restent encore à être éclaircies.

En parallèle à son emploi, Alexandre Tardif était aussi pompier à mi-temps dans les casernes de Saint-Lin–Laurentides et Saint-Calixte.

Une passion

« Il était très engagé, explique, la gorge nouée par la tristesse, Marc-Antoine Perreault, un de ses bons amis et aussi pompier à Saint-Lin–Laurentides. Au feu, comme on dit dans notre jargon, c’était un combattant. Il était très travaillant, il n’y avait jamais besoin de le pousser. »

Stéphane Levert, un autre proche d’Alexandre Tardif et pompier à Saint-Calixte, dit être profondément affecté par le décès de son ami et s’en rappelle comme d’un collègue modèle.

« Il était maître de lui, peu importe la situation, décrit-il. En opération, mais aussi en caserne, c’était quelqu’un de rassembleur qui marquait les gens. »

Il faut dire que le métier de pompier était pour Alexandre Tardif une véritable vocation.

« C’était son rêve d’enfant, commente Marc-Antoine­­­ Perreault. On est en train de vider son appartement, c’est assez difficile, mais il y a des choses de pompier partout. Il collectionnait les badges, les casques, les camions [miniatures]. »

« S’il avait eu assez d’argent, il aurait eu sa propre caserne », ajoute en souriant Stéphane Levert.

Les deux amis ne sont pas les seuls à avoir été marqués par l’engagement du grand gaillard souriant à l’allure de bon géant.

Les pompiers de Saint-Calixte ont rendu hommage mardi à leur collègue disparu en exposant son casque. 
Photo courtoisie
Les pompiers de Saint-Calixte ont rendu hommage mardi à leur collègue disparu en exposant son casque. 

Les pompiers de la caserne de Saint-Calixte lui ont rendu hommage, mardi soir, en déposant leurs casques à terre et en faisant retentir les sirènes de leur camion.

« Il n’y a personne qui ne l’appréciait pas, affirme Stéphane Levert. Des fois, il y a des frictions entre pompiers, mais lui il était toujours là pour venir rassembler les gars. »

Héros

Outre les combattants du feu, Alexandre Tardif nourrissait une passion pour un autre type de héros, ceux de la franchise américaine Marvel.

« C’était un mordu de Captain America, indique Marc-Antoine Perreault. Pour le premier film des Avengers, on y a été toute la gang, déguisés en superhéros. »

Alexandre Tardif était aussi connu pour sa propension à faire rire son entourage.

« Il pouvait mettre un sourire sur la face de n’importe qui », résume Stéphane Levert.

La date des funérailles du jeune pompier n’est pas encore connue. Ses deux amis indiquent être en discussion avec la Ville de Saint-Lin–Laurentides où résidait M. Tardif afin de lui organiser des obsèques civiles à la hauteur de son engagement pour la communauté.

Morts sur les routes

  • 359 en 2017
  • 190 jusqu’ici en 2018