/elections
Navigation

Québec solidaire misera sur un plan de transition énergétique

Selon la co-porte-parole Manon Massé, le Québec doit donner un coup de barre

« Mes adversaires disent qu’il faut agir pour réduire les GES, mais ils adoptent des lois qui font en sorte que l’industrie pétrolière et gazière soit accueillie à bras ouverts », déplore Manon Massé, en entrevue dans son bureau de Montréal.
Photo Chantal Poirier « Mes adversaires disent qu’il faut agir pour réduire les GES, mais ils adoptent des lois qui font en sorte que l’industrie pétrolière et gazière soit accueillie à bras ouverts », déplore Manon Massé, en entrevue dans son bureau de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Face au « manque de courage » des autres formations politiques, Québec solidaire présentera aux électeurs un plan de transition énergétique qui lancerait « une révolution » au Québec.

« On va venir avec un plan [...] vous n’avez pas idée à quel point QS est le parti du 21e siècle. On va proposer au Québec une révolution nécessaire », lance la co-porte-parole de la formation de gauche, Manon Massé, dans une longue entrevue accordée à notre Bureau parlementaire.

Sans en dévoiler les détails, elle indique que le plan comportera notamment des volets touchant l’efficacité énergétique et la diminution des véhicules à carburant.

« Il va y avoir des mesures dans ce sens-là, oui, sur le transport des individus et des marchandises. On ne veut pas enlever les chars des routes, ça, c’est une façon de faire peur au monde, mais on veut offrir aux gens la possibilité de se transporter différemment », poursuit-elle.

Sans un important redressement, Mme Massé estime que le Québec ratera la cible de réduction de gaz à effet de serre de 20 % sous les niveaux de 1990 pour 2020 fixée par les libéraux.

« On a des défis à relever, ça fait 30 ans qu’on le sait. On tarde. Ce n’est pas vrai qu’on peut dire demain qu’on coupe tous les emplois liés au domaine pétrolier. Mais c’est une vision qu’on va mettre au jeu en expliquant qu’il faut donner le coup de barre, faut le donner dans le transport, dans l’aménagement urbain, dans l’agriculture, dans l’industriel, partout. »

La souveraineté

La co-porte-parole croit par ailleurs que la souveraineté du Québec est nécessaire pour permettre ce changement de cap.

« Si tu veux dire non à Énergie Est sans te faire rattraper par derrière comme Kinder Morgan, il faut que tu aies les outils pour le faire », ajoute Mme Massé.

Des hausses d’impôt ne sont pas privilégiées pour financer autant ce plan que les généreuses mesures proposées jusqu’ici par le parti, mais elle laisse la porte ouverte au principe d’écofiscalité, par lequel une surtaxe pourrait être imposée sur l’achat de biens polluants, comme les gros cylindrés, par exemple.

« Pensée magique » à la CAQ

Québec solidaire accorderait quatre semaines de vacances à tous les travailleurs après deux ans, en plus de 12 congés supplémentaires, instaurerait tant un régime public d’assurance dentaire que la gratuité scolaire et fixerait l’âge de la retraite à 60 ans, entre autres.

Manon Massé soutient que le cadre financier de son parti prouvera qu’il est possible de donner tout ça aux Québécois. Par contre, la possibilité de replonger le budget du Québec dans le rouge n’est pas exclue, parce que « chez QS, on n’a pas le dogme des déficits ».

Elle accuse le meneur dans les sondages, le caquiste François Legault, d’être celui qui met davantage en péril les finances publiques en promettant des réductions du fardeau fiscal.

« M. Legault a une pensée magique qui n’arrive pas, à terme. Ce n’est pas nous autres, les pelleteux de nuages, c’est lui, là. Si tu diminues tes revenus, tu ne pourras pas augmenter tes dépenses », conclut-elle.

 

Ce qu’elle pense de...

La corruption

Même les bonnes recommandations (de la commission Charbonneau) se sont trouvées édulcorées par un gouvernement qui ne veut pas. J’ai devant moi des gens qui ont gouverné [...] en matière d’éthique, vous devez vous donner des coups de pied au cul, parce que vous avez échoué.


Philippe Couillard qui soupçonne des intentions référendaires à la CAQ

Là on voit du Parti libéral à l’état pur. L’élection arrive, ils ont peur à leurs fesses, alors ils crient au référendum, ça, c’est de la politique qui m’écœure.


Sa première présence aux débats télévisés

Je ne suis pas très spectacle, mais sur le fond, c’est un moment privilégié pour faire connaître nos idées qui plaisent au peuple. Et c’est un moment pour mettre le miroir devant le visage de mes adversaires politiques.


La stagnation de QS dans les sondages

Nous, on ne voit pas ça. Quand Gabriel Nadeau-Dubois est arrivé, ça a créé une petite explosion effectivement, mais qui a continué son œuvre, on est rendu à 20 000 membres.