/misc
Navigation

Comment devenir un meilleur pêcheur

chronique campeau
Photo courtoisie La prochaine fois que vous serez à la pêche avec vos amis et qu’ils essaieront toutes sortes de leurres, encouragez-les, car ils pourraient vous aider à découvrir d’autres approches encore plus performantes.

Coup d'oeil sur cet article

Certains adeptes se soucient peu de leurs résultats. Ce qui leur importe surtout c’est de se retrouver en nature. Pour d’autres, il s’agit d’une tout autre histoire.

Peu de gens réalisent que la pêche est l’activité la plus pratiquée au Canada. En fait, il y a plus de manieurs de canne que de hockeyeurs et de golfeurs combinés. Ce qui contribue énormément à la popularité de ce sport de plein air, c’est qu’il est possible de le pratiquer à son rythme, de profiter de la quiétude proposée par mère nature et d’opter pour les approches qui nous inspirent confiance.

Prélever

Lorsqu’on présente une offrande aux poissons, c’est dans le but de les leurrer et de les attraper. Il existe de nombreuses façons d’améliorer nos performances lorsqu’on taquine les différentes espèces. À vrai dire, plus on a de connaissances sur les mœurs, les habitudes et les migrations des prédateurs, plus on augmente nos chances. Il en va de même pour la compréhension de diverses techniques et des leurres à utiliser.

À éviter

La très grande majorité des adeptes possède un coffret bondé de leurres de toutes sortes. Ce qui est malheureux, c’est que tout un chacun semble privilégier une sélection très limitée d’offrandes. Plusieurs personnes que je côtoie se servent toujours des 6 – 7 mêmes présentations, et ce, même s’ils en ont plusieurs douzaines dans leur coffre. La raison qui explique ce type de scénario est fort simple : ils ont confiance en cette gamme restreinte et ont réussi par le passé à déjouer un certain nombre de spécimens. Pour ce qui est des autres, ils sont peu exploités.

Les poissons sont des êtres qui réagissent en fonction de leur instinct et des divers stimuli. En fait, nul d’entre nous ne peut prédire avec précision leurs réactions, car il y a beaucoup trop d’impondérables. Même si l’on s’entête à imposer nos choix aux truites, dorés, achigans, brochets, etc., ces derniers se manifesteront, s’ils en ont envie. À vrai dire, lorsque les poissons sont agressifs, ils s’élancent souvent avec entrain, la gueule grande ouverte. Par contre, lorsqu’ils sont amorphes ou boudeurs, ils sont très sélectifs et méfiants.

Moqueries

Le meilleur moyen de trouver le pattern, comme le disent si bien les gars de tournois, c’est d’expérimenter une foule de leurres et de techniques afin de découvrir ce qui fera réagir les spécimens ciblés, à un moment donné, en fonction des conditions qui prévalent.

Souvent, lorsqu’un de nos compagnons capture des poissons, les autres membres du groupe s’empressent de pêcher exactement comme ce dernier afin de soutirer leur quote-part. Oui, il est vrai que tout le monde veut croiser le fer avec des prédateurs pour le plaisir que cela procure, et dans certains cas, pour la qualité de la chair qu’on peut ramener à la maison et consommer par la suite. On souhaite également éviter les sarcasmes des gens qui nous accompagnent si l’on en attrape moins ou pas.

Scénario

À maintes reprises au cours de ma carrière, lors de tournois ou d’expéditions, j’ai pu me démarquer, car je n’avais pas peur d’expérimenter et de revenir bredouille. Je tiens à remercier deux amis et partenaires de longue date, Serge Fluet et Michel Leduc, qui m’ont beaucoup aidé au fil des temps. Peu importe l’espèce que nous pourchassions, ces bons pêcheurs exploitaient des approches et des leurres qui ont fait leurs preuves. Pour ma part, je faisais des tests avec toutes sortes de bébelles pas nécessairement reconnues pour faire réagir les batailleurs ciblés.

Je me souviens, entre autres, d’un voyage de pêche à la truite mouchetée. Serge avait capturé plusieurs beaux spécimens avec une cuillère traditionnelle. Je tentais ma chance avec des nouveaux prototypes de poissons-nageurs et des souris de surface. Tant et aussi longtemps que mon copain avait des attaques, nous savions que les poissons étaient actifs. J’en profitais alors pour expérimenter tout ce qui soulevait un certain intérêt. N’ayant pas à subir de sarcasmes, je pouvais me concentrer sur mes approches différentes. Je vous jure qu’avec le temps, cela m’a grandement aidé à diversifier mes techniques et à avoir confiance en mes moyens.

C’est malheureusement l’opposé qui se produit souvent. Les gens sortent de leur zone de confort quand les poissons sont inactifs et ils essayent tous les autres produits qui traînent dans leur coffre. Pensez-y, ça devrait être le contraire, puisqu’ils vous indiquent leur manque d’intérêt pour vos leurres préférés. Sortez des sentiers battus et tentez votre chance afin de trouver la solution des différents défis proposés en optant pour des séances d’essais/erreurs.

De tout pour tous

Le Groupe uni des éducateurs-naturalistes et professionnels en environnement (GUEPE) est un organisme à but non lucratif qui offre des services éducatifs et professionnels en science de la nature, en environnement ainsi qu’en plein air urbain. Pascal Lynch Caron et ses acolytes ont animé 15 activités spéciales de la Caravane de la pêche, cet été, dans les parcs-nature de Montréal.

Ces ateliers sont présentés en deux volets. Le premier touche la sensibilisation sur les règlements de pêche, la biologie des poissons, les bonnes pratiques et la présentation des lieux autorisés sur le territoire de l’île de Montréal. Lors de la deuxième facette, les participants en apprennent plus sur les diverses techniques, l’apprentissage des nœuds et la consommation des espèces comestibles. Le tout se poursuit par la pratique de la pêche libre, en famille ou entre amis.

Les prochaines activités se dérouleront aujourd’hui au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation, demain, le 12 août, au parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard, le 19 août au parc-nature du Cap Saint-Jacques, le 25 août au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation, et finalement le 2 septembre au parc-nature du Cap Saint-Jacques. Visitez le site www.guepe.qc.ca pour en avoir davantage.