/weekend
Navigation

Deux films québécois s’illustrent à Locarno

Théodore Pellerin et Noée Abita dans une scène du film Genèse de Philippe Lesage.
Photo courtoisie Théodore Pellerin et Noée Abita dans une scène du film Genèse de Philippe Lesage.

Coup d'oeil sur cet article

Le cinéma québécois est bien représenté cette année au réputé festival de Locarno, en Suisse, grâce aux nouveaux films des cinéastes Philippe Lesage et Mélanie Charbonneau qui ont été présentés cette semaine en compétition officielle. Le Journal les a joints sur place pour recueillir leurs commentaires.

Même si plus de 48 heures s’étaient écoulées depuis la première mondiale de son film Genèse, le cinéaste Philippe Lesage (Les démons) flottait encore sur un nuage quand Le Journal l’a contacté à Locarno plus tôt cette semaine.

Présenté dans la section compétitive (Concorso internazionale) du prestigieux festival suisse, Genèse a été projeté dimanche après-midi dans une salle de plus de 2000 sièges. Lesage a assisté à cette première en compagnie de deux des acteurs principaux de son film, Théodore Pellerin et Noée Abita.

La réalisatrice Mélanie Charbonneau
Photo courtoisie
La réalisatrice Mélanie Charbonneau

« Ça s’est très bien passé, raconte le cinéaste au bout du fil. La salle était remplie à craquer et le public a très bien réagi. Les critiques qui ont été publiées après la projection sont très bonnes. Le magazine Screen a notamment souligné que le film avait un grand potentiel commercial, ce qui m’a fait énormément plaisir. Et depuis la projection, on a été approchés par des distributeurs étrangers et d’autres festivals. Bref, je ne pouvais pas demander mieux pour la première mondiale de mon film ! »

Philippe Lesage ne cache pas qu’il souhaitait lancer son nouveau long métrage dans un grand festival en Europe. D’autres festivals comme ceux de Venise et de San Sebastian (en Espagne) se sont aussi montrés intéressés par Genèse, mais le cinéaste québécois a finalement opté pour Locarno.

« Je suis très content de me retrouver ici, à Locarno, dit-il. C’est un des plus importants festivals de cinéma en Europe, qui a la réputation de présenter la crème du cinéma d’auteur. »

Mettant en vedette Théodore Pellerin, Noée Abita et Pier-Luc Funk, Genèse est un film sur les premiers amours dont l’histoire se déroule dans un collège privé de garçons.

« C’est un sujet qui a une portée universelle et qui, je crois, peut éveiller beaucoup de choses chez les spectateurs, indique Lesage. Les personnages du film sont des héros romantiques qui revendiquent le droit d’aimer et de rêver, mais qui font des erreurs et qui ne vont pas nécessairement vers les bonnes personnes. C’est la tragédie de la jeunesse. »

Genèse prendra l’affiche au Québec dans quelques mois et devrait être présenté dans d’autres festivals d’ici là.

Le cinéaste Philippe Lesage
Photo Ben Pelosse
Le cinéaste Philippe Lesage

Un court métrage bien accueilli

Philippe Lesage n’a pas été le seul cinéaste québécois à lancer un film cette semaine à Locarno. La jeune réalisatrice Mélanie Charbonneau s’est aussi rendue dans la petite ville Suisse italienne pour présenter son nouveau court métrage, Lunar-Orbit Rendezvous. Le film décrit comme « une comédie romantique de science-fiction rétro » avait été sélectionné dans la compétition Pardi di domani.

« C’était la première fois qu’on présentait le film devant un public et je dois dire que je suis très contente de l’accueil qu’on a reçu, a confié Mélanie Charbonneau au bout du fil, hier, quelques minutes après la première de son court métrage.

« Lunar-Orbit Rendezvous est une comédie, alors c’était le fun de voir que les gens réagissaient. Il y a quelques blagues québécoises qui sont un peu tombées à plat parce que c’était un public surtout européen, mais c’est un peu normal. Dans l’ensemble, la réaction a été très bonne et on a senti que les gens embarquaient dans le film qui est une sorte de roadtrip lunaire avec une ambiance rétro. »


Le 71e Festival international du film de Locarno se termine aujourd’hui avec la cérémonie de remise des prix.