/misc
Navigation

Tenez-vous loin de Tesla

Coup d'oeil sur cet article

Q: Devrais-je profiter de la vague avant que Tesla soit privatisée ?

R: Non. Tesla est un mauvais placement pour un investisseur prudent.

Récemment, CNBC a calculé que si vous aviez investi 1000 $ US dans Tesla à son entrée en Bourse en 2010, votre placement dépasserait 12 000 $ US aujourd’hui. Et l’action de Tesla est réputée être celle qui se vend le plus à découvert sur Wall Street. Fort bien. Mais il fallait miser sur Tesla en 2010, plus maintenant.

Mardi, Elon Musk, le charismatique patron de Tesla, a tweeté sur la possibilité de privatiser la compagnie si l’action atteignait 420 $ US (elle est retombée sous la barre des 550 $ depuis...) quelques heures après que le Financial Times eût révélé que le fonds souverain de l’Arabie saoudite aurait investi entre 3 % et 5 % dans la compagnie, pour environ 2,9 milliards $ US. L’action a clôturé en hausse de 11 %.

Sur Wall Street, les tweets de Musk étaient jugés peu professionnels et peut-être illégaux. Même le grand patron de la SEC, le gendarme des marchés américains, s’interroge. Mais Musk est reconnu pour ses frasques.

Combien vaut Tesla ?

Tesla vaut-elle 420 $ US l’action ? Plusieurs financiers ont déclaré que Elon Musk « devait en fumer du bon... » À ce niveau, Tesla vaudrait 80 milliards $ US (et serait privatisée à 25 fois le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement [BAIIA]). En comparaison, Ferrari, qui est extrêmement profitable, vaut 23,7 milliards $ US. La capitalisation de GM, elle, est de 53 milliards $ US. GM a fabriqué 10 millions de véhicules en 2016, contre 76 000 pour Tesla. Les revenus de GM étaient de 144,2 milliards $ US en 2017, contre 13,7 milliards $ US pour Tesla.

Qu’est-ce qui désavantage Tesla ?

  • Tesla a perdu 718 M$ au 2e trimestre, 710 M$ US au 1er, 675 M$ US au 4e trimestre de 2017, 619 M$ US au 3e, 336 M$ US au 2e, 330 M$ au 1er... Tesla n’a connu que deux trimestres profitables depuis janvier 2009.
  • Tout le monde doute que Tesla respecte sa promesse d’un flux de trésorerie positif au prochain trimestre.
  • Tesla brûle tellement rapidement ses liquidités qu’elle a demandé à ses fournisseurs de patienter un peu, il y a quelques mois.
  • Tesla a une dette de 920 M$ US en obligations convertibles à échéance le 1er mars. Aura-t-elle assez de liquidités ou devra-t-elle émettre des actions ?
  • Il y a un décalage permanent entre les déclarations d’Elon Musk et les chiffres publiés chaque trimestre.
  • Le niveau de production de 5000 modèles 3s par semaine (établi comme base de profitabilité) est loin d’être atteint.
  • Tesla n’a jamais respecté ses échéances de lancement de produit; quand la production du modèle 3s aura atteint sa vitesse de croisière, les concurrents auront lancé une douzaine de modèles équivalents.
  • Le roulement de personnel est partout très élevé, y compris chez les plus hauts dirigeants.
  • La qualité diminue : les portières des modèles X et 3 présentent souvent des problèmes d’alignement et les serrures refusent parfois de se déverrouiller.
  • Depuis son acquisition par Tesla, le fabricant de panneaux solaires SolarCity a perdu le leadership du marché. La production de la nouvelle usine de Buffalo (New York) connaît de sérieuses ratées.

Question à notre investisseur


Les informations publiées dans cette chronique ne constituent pas des conseils ou des recommandations formulées par Le Journal. Toute personne intéressée doit consulter les conseillers ou professionnels autorisés à ces fins par l’Autorité des marchés financiers.