/sports/tennis
Navigation

Stefanos Tsitsipas en veut plus

Stefanos Tsitsipas
Photo AFP Stefanos Tsitsipas lors du match contre Rafael Nadal, le 12 août 2018 à Toronto

Coup d'oeil sur cet article

Rafael Nadal a mis fin au rêve de Stefanos Tsitsipas à la Coupe Rogers, mais le jeune espoir du tennis masculin croit qu’il peut apprendre de ce revers.

Après avoir vaincu quatre tête de série avant la finale, le Grec a avoué qu’il s’était butté à meilleur que lui à Toronto.

Bien qu’il se dise fatigué, Tsitsipas ne compte pas se contenter de cette présence en finale d’un Masters 1000. Il veut faire mieux, et ce dès le tournoi de Cincinnati, qui a lieu cette semaine.

Mon appétit n’est pas rassasié, a dit d’entrée de jeu Tsitsipas, lors de la conférence de presse après le match. Je crois que je peux accomplir plus encore cette année. Bien que j’aie perdu aujourd’hui, je sens que je peux vaincre de bons joueurs. Je veux vraiment obtenir plus de points [au classement de l’ATP] cette année.»

Un bon jeu d’ensemble

À quelques semaines de l’Omnium des États-Unis, l’athlète de 20 ans croit que son parcours au Canada lui a permis de construire sa confiance pour le reste de la saison sur surface dure.

«Je n’avais pas autant de confiance avant lorsque je jouais sur surface dure. Je ne me suis jamais senti à l'aise sur cette surface. Enfant, je n’ai jamais joué sur cette surface. Maintenant, je peux m’ajuster du gazon au dur, du dur à la terre battue. La surface importe peu. Je sens que j’ai un bon jeu d’ensemble.»

Nadal, «le monstre»

La jeune vedette a d’ailleurs concédé un certain avantage à Nadal, laissant entendre qu’il avait même été un peu intimidé par ce qu’il représente.

«C’est incroyable comme il s’est bâti comme joueur. Avant, il était un joueur comme tous les autres. Maintenant, il est parvenu à devenir cette bête, ce monstre. C’est vrai... c’est ce qu’on ressent quand on joue contre lui.»

Tsitsipas a également affirmé que le parcours du jeune Canadien Denis Shapovalov l’année dernière à Montréal a été une source d’inspiration pour lui.

«Je me souviens [de son parcours] que je regardais à la télévision. J’ai vu tous ses matchs. C’était inspirant de le voir battre tous ces joueurs. Ça me semblait hors de l’ordinaire ce qu’il faisait.»

«Maintenant, je comprends que c’est moins compliqué que je croyais. Il faut simplement croire en soi et jouer avec confiance contre ces joueurs.»