/news/transports
Navigation

Deux jeunes entrepreneurs dénoncent les contraintes pour concurrencer Uber

Raphaël Gaudreault et Dardan Isufi.
TVA Nouvelles Raphaël Gaudreault et Dardan Isufi.

Coup d'oeil sur cet article

Deux jeunes entrepreneurs québécois interpellent le gouvernement Couillard pour qu'il modifie les règles entourant la présence d'Uber sur le territoire québécois.

Raphaël Gaudreault et Dardan Isufi sont clairs: la multinationale américaine bénéficie d'un monopole au Québec pour le . Selon eux, le gouvernement devrait faire en sorte qu'il y ait de la compétition, surtout si elle provient de jeunes pousses québécoises.

«Les exigences sont extrêmement contraignantes. Même l'un des principaux concurrents d'Uber, LYFT, n'a pas voulu s'installer au Québec parce qu'il est trop difficile d'atteindre tous les prérequis», illustre Dardan Isufi. Parmi les enjeux, le nombre d'heures de formation obligatoire pour les chauffeurs.

Dans leur bureau du Mile End à Montréal, les deux hommes travaillent d'arrache-pied pour mettre en marche EVA, une coopérative dont les services sont semblables à ceux d'Uber.

«On est prêts mais on attend d'avoir les autorisations (du ministère des Transports), a affirmé Raphaël Gaudreault. Pour l'instant, c'est impossible pour nous d'opérer. On risquerait se voir imposer des amendes par le Bureau du taxi de Montréal.»

En entrevue à TVA Nouvelles, le ministre des Transports n'a pas semblé enclin à faire de modifications avant le déclenchement de la campagne électorale. «Le projet pilote sur Uber est encore en vigueur pour un certain temps. Il faudra s'assurer d'en analyser toutes les conclusions», a mentionné André Fortin.

Pourtant, en juin, le gouvernement a reçu un rapport d'un groupe de travail sur l'économie collaborative mis sur pied par la ministre de l'Économie Dominique Anglade.

«Si les barrières d'entrée sont trop élevées, il n'y a que les gros joueurs qui pourront entrer dans le marché. Ce seront donc forcément des étrangers», a expliqué Guillaume Lavoie, président de ce groupe de travail. Il est d'avis qu'il faudrait moderniser les règles pour favoriser la concurrence à Uber.

Les contraintes imposées à Uber ont été faites en raison des pressions de l'industrie du taxi.