/entertainment
Navigation

«Il y a encore beaucoup de travail à faire» – Brittany LeBorgne, actrice de Mohawk Girls

Brittany LeBorgne
Photo courtoisie Brittany LeBorgne

Coup d'oeil sur cet article

Les récents débats sur l’appropriation culturelle ont éveillé la population sur une problématique, même s’il y a encore beaucoup de travail à faire, selon l’actrice montréalaise autochtone Brittany LeBorgne. Celle que l’on a vue dans la série Mohawk Girls, sur le réseau APTN, a suivi avec intérêt les récents débats sur les spectacles SLĀV et Kanata, qui ont tous deux été annulés à la suite de protestations sur l’appropriation culturelle.

À l’occasion du festival Présence autochtone, où elle donnera une classe de maître demain, l’actrice a mentionné au Journal qu’elle avait été très surprise de constater que certaines personnes ne comprenaient pas encore ce qu’est l’appropriation culturelle, en 2018.

« Quand j’ai entendu parler de ce qui se passait au Festival de Jazz [avec SLĀV] et avec Kanata, j’étais incrédule, dit-elle. Il y a encore du travail à faire, mais nous venons de loin. Il y a 10 ou 15 ans, personne n’écoutait les gens des communautés culturelles. »

Certains artistes impliqués dans les spectacles controversés ont évoqué leur liberté de création. À ce sujet, Brittany LeBorgne mentionne qu’il y a une fine ligne entre la liberté d’expression et l’appropriation culturelle. « Lorsque tu fais un spectacle qui parle d’un groupe spécifique culturel, la clé est d’impliquer cette communauté. »

Plus de respect

L’actrice mohawk constate que les personnes non autochtones sont de plus en plus curieuses et intéressées par sa culture. « Les gens veulent en savoir plus et s’éduquer. Souvent, quand je dis que je suis autochtone, on me pose plein de questions. »

« Les gens sont plus conscients qu’avant, ajoute-t-elle. Ils comprennent maintenant que certaines choses ne sont peut-être pas respectueuses. Je pense, par exemple, au logo de l’équipe de baseball des Indians de Cleveland (on y voit une caricature d’un autochtone ; ce logo sera retiré pour la prochaine saison, NDLR). Avant, certaines personnes ne pensaient même pas à nous comme des êtres humains. Mais nous sommes des gens réels ! »

Le festival Présence autochtone, qui conclura sa 28e édition demain, est donc plus important que jamais, selon Brittany LeBorgne. « C’est une bonne opportunité de présenter qui nous sommes aux autres. Ça permet d’ouvrir le dialogue. »


► Brittany LeBorgne présentera une classe de maître APTN demain, 10 h, à l’Espace Culturel Ashukan, dans le cadre de Présence autochtone. Pour les détails : presenceautochtone.ca.