/news/currentevents
Navigation

Action collective des Courageuses: la deuxième manche va à Gilbert Rozon

Il pourra contester en appel l’action collective le visant

<b>Gilbert Rozon</b></br>
<i>Accusé</i>
Photo d'archives, Pierre-Paulin Gilbert Rozon
Accusé

Coup d'oeil sur cet article

Le fondateur de Juste pour rire Gilbert Rozon a obtenu un premier gain dans l’action collective de femmes qui l’accusent d’être un prédateur sexuel, en obtenant le droit de contester la cause devant la cour d’appel.

« On est très heureux de la décision, on aura un débat très important quand [la cause] sera entendue », s’est réjoui l’avocat de Rozon, Raymond Doray, à la sortie de l’audience mercredi à Montréal.

Dans un jugement sans précédent rendu en mai, la Cour supérieure avait autorisé le regroupement « Les Courageuses » à poursuivre Rozon pour des agressions sexuelles et du harcèlement sexuel. C’était la première fois qu’une action collective visant un seul individu était autorisée.

Ces femmes, qui sont pour le moment une vingtaine, réclament plus de 10 millions $ à l’ancien magnat du rire pour des inconduites sexuelles présumées qui se seraient déroulées entre 1982 et 2016 alors que certaines étaient mineures.

« Il y a un modus operandi [Rozon] utilise son pouvoir pour abuser et intimider », a plaidé Me Robert Kugler en Cour d’appel mercredi, en tentant de tuer dans l’œuf la demande d’appel.

Pour l’avocat, l’action collective est tout indiquée dans le cas de Rozon, puisque cela permet aux victimes de rester anonymes pendant le processus judiciaire.

« Dans les affaires d’abus sexuels, les victimes peuvent garder le silence pendant des décennies, c’est extrêmement difficile », a-t-il plaidé.

Premier gain

Mais le juge Mark Schrager a quand même donné suite à la demande de Rozon, en estimant que les arguments de ses avocats méritaient d’être examinés.

Il s’agit de la première victoire de Rozon dans cette affaire. Il avait subi une défaite en échouant à faire retirer le terme « prédateur sexuel » de la poursuite, puis en tentant de convaincre la Cour supérieure de rejeter la demande d’action collective.

Rozon n’était pas présent lors de l’audience de mercredi. Sa seule apparition publique depuis que le scandale a éclaté l’automne dernier remonte à février quand il s’était placé en victime en disant avoir fait les frais d’une « espèce de folie, d’hystérie médiatique ».