/news/currentevents
Navigation

Dur lendemain de fête pour deux Hells notoires

Accusés de gangstérisme trois jours après le gros party annuel des motards

Coup d'oeil sur cet article

Deux Hells Angels, dont l’un a déjà promis de « planter » des policiers, se sont fait cueillir par les forces de l’ordre hier pour avoir tiré profit du marché de la drogue au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Bernard « Ben » Plourde et Jean-François « Frank » Bergeron, qui avaient passé le week-end à festoyer avec 500 autres motards au rassemblement annuel du gang à Saint-Charles-sur-Richelieu, ont été appréhendés par l’Escouade régionale mixte (ERM) de lutte contre le crime organisé dès le lever du jour.

L’arrestation des deux vétérans du chapitre des Hells de Trois-Rivières s’inscrit dans l’opération baptisée « Nocif », ciblant le principal réseau de vente de cocaïne et de méthamphétamine au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Ce réseau s’étendait à Québec, en Montérégie et à Montréal, où les trafiquants s’approvisionnaient en poudre blanche et en pilules.

Bernard Plourde en serait la tête dirigeante, selon l’ERM. Le motard de 55 ans – qui a déjà fait de la prison pour avoir menacé de « planter » et d’« arracher la tête » de policiers dans un bar de Jonquière, en 2008 –, a été menotté chez lui, à Laterrière, au Saguenay.

Moto saisie

L’Escouade a également saisi sa rutilante moto rouge frappée du logo des Hells et considérée par les autorités comme un produit des activités criminelles de la bande.

En plus d’arrêter Bernard Plourde à sa résidence au Saguenay, les policiers ont saisi sa moto comme produit des activités illégales des motards.
Photo Pierre-Alexandre Maltais
En plus d’arrêter Bernard Plourde à sa résidence au Saguenay, les policiers ont saisi sa moto comme produit des activités illégales des motards.
Cette Harley Davidson, qui est la marque de moto que les Hells doivent posséder en vertu de leurs règlements, arborait l’effigie du gang à deux endroits.
Photo Pierre-Alexandre Maltais
Cette Harley Davidson, qui est la marque de moto que les Hells doivent posséder en vertu de leurs règlements, arborait l’effigie du gang à deux endroits.

Quant à Bergeron, un ex-motard des Missiles devenu l’un des fondateurs du chapitre trifluvien des Hells en 1991, il a été arrêté à son domicile de Desbiens, au Lac-Saint-Jean.

Tous deux ont été escortés au palais de justice de Québec pour faire face à des accusations de complot, de trafic de drogue et de gangstérisme, avant d’être renvoyés en détention provisoire jusqu’à nouvel ordre.

Bergeron, 56 ans, a demandé d’être incarcéré à l’infirmerie de la prison d’Orsainville puisqu’il doit bientôt subir une intervention chirurgicale au cœur.

Les policiers avaient déjà attrapé une vingtaine de trafiquants allégués de cette même organisation lors d’un premier coup de filet, en novembre 2017.

Trahi par un délateur

Parmi les suspects arrêtés à l’automne, un motard membre d’un club-école des Hells a retourné sa veste pour collaborer avec les autorités.

D’après nos informations, ce délateur, qui était en contact avec « Ben » Plourde, pourrait incriminer ce dernier quant aux « taxes » que ce dernier serait soupçonné d’avoir perçues sur la vente de drogue.

En novembre, l’ERM et la Sûreté du Québec précisaient que les Hells Angels exerçaient le « contrôle exclusif » de la vente de drogue sur le territoire occupé par ce réseau.

« Ben » Plourde

Photo Agence QMI, Roger Gagnon
  • Ex-membre des Satan’s Guards, le défunt club-école des Hells au Saguenay.
  • Promu membre du chapitre des Hells de Trois-Rivières le 5 décembre 1999.
  • En 2003, il écope de 66 mois de pénitencier pour trafic de drogue et gangstérisme, puis il déclare faillite.
  • Le 5 février 2008, il se marie en République dominicaine, un pays où il aide aussi à fonder une première section des Hells.
  • Le 17 novembre 2008, il est condamné à neuf mois de prison et à 3000 $ d’amende pour avoir intimidé deux policiers au bar Le Phénix de Jonquière, un mois plus tôt. En état d’ébriété, Plourde avait craché dans l’œil gauche du premier, empoigné le second par la gorge tout en les invitant à se battre.
  • En janvier 2010, après neuf mois en cavale en raison de l’opération SharQc, il est capturé à Place Longueuil en possession de faux papiers d’identité du même nom que l’ex-maire de Saguenay, Jean Tremblay, et de billets pour un match du Canadien.
  • Le 17 juin 2015, après cinq ans et demi de détention, lui et Jean-François « Frank » Bergeron s’avouent coupables de complot pour meurtres et seront libérés le lendemain.

« Frank » Bergeron

Photo Agence QMI, Roger Gagnon
  • Ex-membre du club de motards Les Missiles qui ont formé le chapitre des Hells de Trois-Rivières en juin 1991.
  • A déjà représenté les Hells québécois à un rassemblement « World Run » de la bande au Colorado, avec Sylvain Boulanger, l’ex-Hells de Sherbrooke devenu délateur de la SQ dans l’opération SharQc en échange de 2,9 millions $.
  • Le 17 février 2003, il est condamné à trois ans d’incarcération dans l’opération antidrogue Satchi.

► C’est la troisième fois que Plourde et Bergeron se font accuser ensemble dans la même enquête policière, après le projet antidrogue Satchi en 2002 et l’opération SharQc en 2009.

– Avec la collaboration de Nicolas Saillant, Le Journal de Québec