/sports/football/alouettes
Navigation

«La ligne offensive est toujours pointée du doigt» -Kristian Matte

«La ligne offensive est toujours pointée du doigt» -Kristian Matte
PIerre-Paul Poulin / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de la saison, Kristian Matte est le centre de la ligne offensive et il remettra vraisemblablement le ballon à un sixième quart différent, samedi, quand les Alouettes de Montréal visiteront les Eskimos d’Edmonton.

Les cinq premiers sont tombés au combat à la suite d’une blessure survenue sur le terrain. Plusieurs observateurs se tournent donc vers les joueurs de la ligne à l'attaque pour trouver un bouc émissaire.

«En tant que joueurs de ligne offensive, on regarde ça et on se dit: "mon Dieu on a perdu un autre quart". C’est sûr qu’on n’aime pas ça quand un quart se blesse parce qu’on est toujours pointés du doigt même si ce n’est pas nécessairement de notre faute. Les blessures arrivent dans un sport de contact comme le football.

«[Matthew] Shiltz s’est blessé lors d’un botté de placement alors que [Johnny] Manziel a été frappé lors d’une course. On avait tous bien fait notre bloc et c’est arrivé pendant la course.»

Confiance en Pipkin

Matte s’est dit confiant avec la présence d'Antonio Pipkin au poste de quart-arrière.

«Il a pris toutes les répétitions à l’entraînement cette semaine et il a fait un bon travail, a indiqué le numéro 51 des Alouettes. C’est un gars qui était là l’an dernier et au début de cette année, il commence à se développer. Tout le monde veut une chance de jouer et c’est la sienne, je crois que c’est avec cet état d’esprit qu’il sautera sur le terrain.»

Sur la séquence où Manziel a été frappé solidement, Matte a recouvré le ballon dans la zone des buts pour donner les devants 15-11 aux Alouettes en inscrivant son premier majeur en carrière.

«C’est sûr que j’étais content et que nous étions excités surtout les gros bonshommes, qui n’ont pas souvent l’occasion de faire un touché. On nous dit toujours de suivre le jeu et d’être prêts pour récupérer un ballon et c’est ce que j’ai fait. C’est quelque chose de spécial, mais ça aurait été mieux dans une victoire.»